La taxe poids lourds : une réaction malhonnête !

Mise à jour le 26 mars 2021 à 23h35

Dans une tribune, des élus écologistes alsaciens ont estimé que le Grand Est « pourrait généraliser à terme le dispositif de contribution poids lourds qu’il nous faut sans tarder pour l’Alsace ». A cette proposition de bon sens, la réaction ne s’est pas faite attendre :

Nous qui pensions, sans doute naïvement, que l’ensemble du monde économique était dans une mutation verte…Les propos tenus ici ne sont pas de nature à faire remonter des problèmes potentiels pour les transporteurs locaux. Ils sont justes de nature à refuser la taxe poids lourd.

  • Pourtant la fédération nationale avait voté favorablement, au moment du Grenelle, pour l’instauration de l’écotaxe.
  • pourtant, des aménagements avaient été validés à l’époque pour ne pas pénaliser les transporteurs locaux,
  • pourtant des allégements de charges avaient été mis en oeuvre en vue “d’alléger” la charge de l’écotaxe qui n’a jamais vu le jour (où est passé cet argent ?).

Donc en lieu et place de ce rejet, il nous paraitrait plus pertinent et plutôt tourné vers l’avenir, de s’engager pleinement dans la réduction de la pollution de l’air qui tue entre 48 et 52 000 personnes en France par an. Pour cela la redevance poids lourds, qu’ils soient nationaux ou internationaux est totalement indispensable.

« Il faut avoir un peu de courage
face aux groupes de pression de tous poils »

Si on veut être cohérent avec les enjeux actuels (climatiques, énergétiques, de santé publique, de préservation de la biodiversité…), il faut avoir un peu de courage face aux groupes de pression de tous poils. De quoi s’agit-il ici ? D’une redevance à la prestation proportionnelle au tonnage, aux catégories d’émissions polluantes, et surtout au km parcouru. Et le principe c’est qu’elle est répercutée via les prix des produits, au client final. 

Un chargement qui fait 1000 km paiera une redevance 100 fois supérieure à un chargement qui fait 10 km. Cela donne donc un avantage compétitif à la proximité et c’est bien le but recherché. On se rapproche de la notion de “vérité” des coûts, sans y être encore, seuls les Suisses sont allés au bout de la logique. 

A ceux qui s’inquiètent du renchérissement du coût des produits, on peut faire remarquer que d’une, ramenée au kilo de marchandise, c’est du peanuts. Un fret de 20 tonnes qui ferait 10 km, aurait un coût d’à peu près de 2 euros, soit 0,001 € le kilo !!! 

Le chemin d’application d’une taxe poids lourds en Alsace est loin d’être un long fleuve tranquille…