Artificialisation des sols : Vinci a encore frappé !

L’artificialisation des sols ……. on va en a parlé ici !

De côté de Nantes, Vinci a encore frappé :

Extrait (ed.abonnés) – “4 hectares de forêt abattus, 220 espèces animales supprimées dont 19 protégées, l’artificialisation de 1200 mètres carrés de zones humides… L’aménagement de la porte de Gesvres par Vinci Autoroutes assène un profond coup de tronçonneuse aux promesses écologiques de Johanna Rolland et de sa majorité métropolitaine.”

  1. Article 52 de la loi Climat 😂 … nous allons vous en reparler !

Ici, le périph existe déjà. Les travaux étaient-ils vraiment nécessaires ? Vinci Autoroute et les autorités locales vous répondront “oui”, argumentant les raisons d’agir. Mais comme dans d’autres travaux routiers qui impactent, les pouvoirs publics n’agissent pas sur le vrai problème : comment réduire de manière significative le trafic routier. Un piège sans fin car, une entreprise comme Vinci vit de ce trafic avec ces concessions qui contribuent aux 25% du chiffre d’affaires du groupe.

Des travaux inévitables ou manque de courage politique ?

Dans cette info, comme nous pouvons également le constater ici en Alsace et nous nous répétons, c’est le décalage entre les discours d’intentions des autorités et d’élus, Emmanuel Macron en tête, sur l’urgence d’agir face aux enjeux climatiques et la réalité du terrain. Aucun courage politique à suspendre l’un ou l’autre projet, ni même les remettre en cause dans l’utilité / destruction qu’ils génèrent. Le GCO reste le triste exemple d’un projet imposé par l’État contre toute logique environnementale.

Décalage toujours… L’artificialisation des sols qui touche fréquemment des zones humides est censée être réduite de moitié dans les 10 prochaines années avec la loi « climat et résilience ». Présentée par Barbara Pompili, l’actuelle ministre de l’Écologie, comme étant l’une des mesures phares en faveur de l’écologie, cette proposition est toutefois à l’origine de craintes et de critiques… et il y a de quoi !