[REVUE DE PRESSE] Kolbsheim : le forage était hors-la-loi

Vendredi dernier, la foreuse venue effectuer une série de sondages géotechniques préparatoires au chantier du GCO (A355) a dû quitter le champ de Kolbsheim où elle venait de s’installer. Un chantier stoppé pour cause de défaut d’autorisation.
Extrait – “L’opération , sitôt connue, avait suscité une levée de boucliers des opposants au projet qui avaient organisé deux jours de suite une manifestation sur place ( DNA des 29 et 30 septembre ).
Pour les anti-GCO, le départ de la machine a bien sûr été interprété comme une « petite victoire ». Il s’avère, surtout, qu’il a été motivé par un problème d’ordre administratif.
Enquête en cours – (…) La DREAL et l’ONCFS (office national de la chasse et de la faune sauvage) se sont rendus sur place vendredi après-midi pour constater les faits. Une enquête est en cours pour défaut d’autorisation (le dossier de dérogation pour travaux en zone hamster n’en est qu’au stade de l’instruction auprès des services de l’État), mais en l’absence de dégâts résiduels, il appartiendra au parquet de décider de la suite de la procédure.
Du côté du groupe Vinci, on avance « une erreur de transmission de consignes » pour expliquer ce lancement de travaux un peu trop rapide en besogne.
(…) « Travaux illégaux » – Mardi, le maire de Kolbsheim Dany Karcher a écrit au préfet au sujet de « ces travaux illégaux », qui ont motivé de sa part, le même jour, la prise d’un arrêté de police municipal « interdisant les opérations de forage pour la société Arcos sur le ban de Kolbsheim ».
Une décision motivée par l’atteinte portée à l’habitat du hamster, en plus du « risque de troubles à l’ordre public » entraîné par le chantier, au regard des manifestations l’ayant entouré. Un texte qui devra maintenant passer le contrôle de légalité des services préfectoraux.
Une chose est sûre : ce couac tombe au mauvais moment en termes d’image pour les partisans de l’A355, à deux semaines de la grande manifestation anti-GCO organisée à Strasbourg le 15 octobre.

DNA du 07/10/2016 – Le forage était hors-la-loi

Petite victoire pour nous ! Quoi qu’on en dise ! Pourquoi ? Tout simplement parce que si des militants et villageois ne s’étaient pas mobilisés, la DREAL et l’ONCFS n’auraient pas été alertées. Vinci aurait poursuivi ses travaux en toute illégalité. Ce qui montre au grand jour que cette entreprise de renommée mondiale n’est pas toujours “honnête” dans sa façon de procéder. Nous sommes prévenus… et eux aussi !