[REVUE DE PRESSE] A quoi bon construire des LGV si c’est pour élargir des autoroutes ?

Nous relayons cet article qui met en lumière les paradoxes d’une politique “des autoroutes” où l’on peut s’interroger sur les raisons qui poussent l’État à soutenir des multinationales comme Vinci alors qu’il existe des solutions alternatives (taxe poids lourd, covoiturage, création et/ou amélioration des transports en commun, …) et où l’intérêt économique y est tout aussi important !
Extrait 1 – “Le Président Hollande a déclaré sa flamme aux dirigeants du bétonneur Vinci Autoroutes, qui appartient au même groupe que le contractant du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes et de la LGV « L’Océane » Tours – Bordeaux, à l’occasion du lancement d’un chantier d’élargissement autoroutier sur un axe desservi par une LGV ouverte il y a six ans.”
Vinci que l’on retrouve aussi dans les projets de l’A45 (entre Lyon et St-Etienne) et le Contournement Ouest de Strasbourg.
Extrait 2 – “Le 28 juillet dernier, le Président Hollande s’est rendu à Rivesaltes, dans les Pyrénées Orientales, pour inaugurer le chantier d’élargissement de l’autoroute A9 vers l’Espagne. Il a, en présence du PDG de Vinci Autoroutes, célébré les vertus de l’autoroute A9, en précisant que « [ses] travaux (…) représentent un investissement de 180 millions d’euros pour le groupe Vinci. L’A9 est un ouvrage majeur pour la grande région, son attractivité, son rayonnement ». Il aurait pu expliquer pourquoi l’ancienne région Languedoc-Roussillon, traversée quasiment de part en part par cette autoroute, tutoie les records de France en matière de pauvreté et de chômage…”