ARCOS/VINCI en mairie, nous aussi !

Depuis mi-avril, ARCOS-VINCI organise des permanences, à raison d’une présence de une à deux fois dans les mairies des communes impactées par le projet GCO, pour y faire sa propagande. Ils y installent de l’information et présente une simulation 3D sans bruit et circulation, évoqué dans la presse locale – DNA le 19 mai, France3 Alsace le 30 mai – Ce que la presse locale n’évoque pas ou très peu, c’est que les opposants suivent Vinci de mairie en mairie.

Tout a commencé à Griesheim-sur-Souffel. C’était les 19 et 20 avril dernier. Depuis, il y a eu Lampertheim, Eckwersheim, Vendenheim, Duttlenheim, Ernolsheim-sur-Bruche, Kolbsheim, … Dans la plupart des lieux, des militants de notre collectif et des habitants s’organisent pour mettre en place une contre-information afin de rétablir un équilibre. Et ça fonctionne !

Mensonges et contre-vérités, voilà les méthodes “voyous” qu’utilisent les porteurs du projet pour “vendre” leur GCO écologiquement bon pour tous !

VINCI a beau afficher une certitude de façade et se donner bonne conscience d’avoir apporté une information aux habitants des villages impactés, force est de constater qu’il n’y a pas foule qui se déplace. En revanche, les mensonges et contre-vérités diffusés dans la presse échaudent un certain nombre de nos militants ainsi que des habitants concernés par le dossier. À Kolbsheim, mardi 6 juin, la permanence d’ARCOS/VINCI a été fortement perturbée. Quelques jours plus tôt, c’était à Duttlenheim.

Une simulation 3D sans bruit, ni circulation !

Comme nous l’avons rappelé à plusieurs reprises, l’encadrement de SOCOS/ARCOS/VINCI aurait intérêt à calmer leurs propos “mensonger” comme par exemple le report de 50% du trafic camion de l’A35 vers le GCO – ce qui est faux au regard du rapport 2013 du CGEDD – nous demandons à l’État de rappeler les obligations du concessionnaire et entreprises mandatées à respecter la loi et, plus récemment, nous constatons une certaine complaisance de la presse à l’égard du projet et où la parole de l’opposition au regard des actions sur le terrain est minimisée, trompant l’opinion publique : aujourd’hui, même si VINCI aborde une certitude à pouvoir démarrer les travaux, force est de constater, qu’officiellement, ce n’est pas encore le cas ! Et quand bien même, leur dossier passerait les divers obstacles administratifs, nous, opposants, utiliseront tous les moyens en notre possession pour faire valoir nos arguments. Il existe des alternatives. Le GCO n’est pas utile. Détruire 300 à 350 hectares peut encore être évité.

A Griesheim/Souffel, le 19 avril dernier, l’ADEVIE était présente pour présenter les arguments du collectif.

Ici, à Lampertheim les 25 et 26 avril. Les opposants accueillaient les rares curieux.

A Duttlenheim, associations et habitants étaient mobilisés en nombre le 29 mai.

A Kolbsheim, des militants du collectif et des habitants remontés contre Vinci – 6 juin.

Les Bishnoïs mobilisés pendant la permanence d’ARCOS/VINCI à Ernolsheim/Bruche – 7 juin

PARTAGERShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone