Accaparement d’espaces naturels à Plobsheim : c’est non ! – Aide à l’enquête publique

Une enquête publique en plein confinement…

Dans une publication du 13 avril, nous vous avons parlé du projet d’implantation du siège social de Mark International France, propriétaire d’Europa Park, ainsi d’une filiale multimédia à Plobsheim, dont l’enquête publique à démarré jusqu’au 30 avril.

Pour le collectif, ce projet est un non-sens du point vue écologique, là où le prometteur du projet met le paquet sur les aspects environnementaux qu’il compte mettre en oeuvre, conscient de dénaturer un espace naturel à préserver : « L’intérêt économique doit-il nécessairement permettre l’accaparement de terres agricoles et ou espaces naturels, alors qu’il peut exister d’autres possibilités ? » – disions-nous dans notre article.

Nous voulons des paysans Bas-Rhin
détaille le greenwashing du projet :

“Europa Park va s’installer une petite dépendance sympa à Plobsheim. Mais si on voit une objection à la soixantaine de pages produites par l’Eurométropole de Strasbourg pour expliquer comment c’est trop une bonne idée, on peut le dire, hein. Bon d’accord, l’enquête publique a lieu en plein confinement mais c’est pas très grave, si?

Si ça vous intéresse mais que vous n’avez pas le courage de lire (lien ci-dessous), voilà un résumé :
Bon, déjà, l’intérêt de venir précisément à Plobsheim pour cette entreprise allemande à la tête d’un parc d’attractions de l’autre côté de la frontière c’est que c’est hyper important d’avoir un cadre naturel préservé (qui ne sera donc plus aussi naturel et préservé après son installation mais bah, ça c’est un peu obligé).

Ce qu’elle vient y faire: construire des bureaux (un siège social na-tio-naaaal! À Plobsheim! Mais trop la claaaaaasse!) + un studio d’animation 3D + une résidence pour ses créateurs (qui ont besoin de calme, de nature etc).

C’est dans des champs, en partie. Mais c’est pas grave, c’est tout petit (3ha). Quelques pour cents pour chacun des quatre agriculteurs concernés. Ça se verra même pas, limite.
Ah, y’a un des agriculteurs qui avait converti sa parcelle en bio. Arf. Bah, il vient d’en avoir une autre dans le bled d’à côté, ça tombe bien, il va pouvoir la convertir, donc pas de problème. Oui, bon, c’est plus juste à côté de sa ferme mais il a un tracteur, non?
Et puis de toute façon, argument massue: l’agriculture c’est pas intéressant pour la biodiversité, c’est juste des céréales, là. Donc on peut bien mettre un petit parking de 50 places, vous allez pas pleurer pour du blé ou du maïs.

On avoue, on n’a pas tout dit. A côté des champs, il y a une zone naturelle sensible à préserver et à protéger au titre des zones humides typiques du Ried. Oui, elle est dans le périmètre. Mais on n’a qu’à dire que autour c’est à protéger, mais là où il y a la société, ben c’est pas la zone. De toute façon, on a fait des études et c’est pas si humide que ça non plus. D’accord, on a trouvé quelques lézards et autres espèces protégées. Mais pas si protégées et si rares que ça. Y’ a pas mal d’oiseaux mais on peut les trouver aussi ailleurs.
Y’a guère que la rivière qui aurait un peu d’intérêt, mais ça va, une rivière, c’est long. OK, la rivière, elle sépare le site en deux, mais ils feront une passerelle. Toute petite, dans le respect de la nature, on la verra à peine. D’ailleurs ils ont tout dimensionné tip top pour limiter tous les dégâts, ils vont replanter plein de trucs du coin et tout (le plus tip top pour limiter les dégâts c’est de ne pas en faire, mais ça, ils ne sont pas vertueux à ce point-là).

Pour celles et ceux qui ne seraient toujours pas convaincus, on va resituer le truc: c’est vraiment trois crottes de hérisson dans la surface agricole de Plobsheim. Alors c’est pas grave. Même avec l’agrandissement annoncé si ça marche. Et puis si ça marche, faudrait quand même pas pleurer parce que ça pourrait peut-être faire plein d’emplois (jusqu’à 50!) et du rayonnement pour que Plobsheim en soit tout auréolé.

En plus, vu qu’il n’y aura pas de gros camions, où est le problème de bétonner une route pour accéder sur le site?

Enfin, je vous le dis, parce que c’est un beau texte encadré à l’intérieur du document, on parle quand même d’une entreprise deutsche qualitat, là. Le genre Mittelstand, vous avez qu’à lire, c’est du solide. Pourquoi ces champions n’installent pas leur palais bioclimatique chez eux, ça, le document ne le dit pas. A part qu’à Plobsheim, il y a un beau coin de nature préservé qui leur plaît.

[…]”

Image en ligne

Alors participez à l’Enquête Publique pour  refuser le projet MACKNEXT à Plobsheim !

On vous explique pourquoi et on vous dit comment faire ici :

Monsieur Mack, propriétaire d’Europa Park à Rust en Allemagne, souhaite établir dans le Ried de Plobsheim-Eschau, dans le Bas-Rhin, son siège social et sa filiale MACKNEXT spécialisée dans la production de divertissements immersifs en 3D.

Bureaux, studios, et résidences ‘’créatives’’ pourraient prendre forme sur 6000m2 avec une emprise totale du projet sur 2,9 ha des terres agricoles cultivées bio (AB), et de terres naturelles classées, riches en biodiversité animale. Cette zone est identifié par le Schéma de Cohérence Territorial de Strasbourg (SCOTERS) comme « zone écologique ou paysagère sensible à préserver ».

La zone d’implantation visée est actuellement non urbanisable. Ce projet était soutenu par les élus de l’Eurométropole sous l’ère Robert Herrmann, et fait l’objet actuellement d’études de compatibilité entre le  Schéma de Cohérence Territoriale de Strasbourg et le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi). Le public peut donner son avis par des observations via une enquête publique ouverte jusqu’au 30 avril.

Un article de presse du 9 avril porte à croire que l’actuelle municipalité ‘’verte’’ pourrait continuer à soutenir le projet !? – c’est à lire ici

Pour étendre son empire, l’entreprise familiale MACK ne trouve hélas plus écoute dans sa zone d’implantation à proximité d’Europa Park dans la Bade Wurtemberg voisin. Il allait donc de soi qu’à quelques lieux à vol d’oiseaux du parc d’attraction, coté alsacien,  Plobsheim devienne une cible naturelle d’accueil. En notre belle Alsace les élus ont pris l’habitude de céder à toutes les promesses d’un capitalisme qui se moque des conditions d’habitabilité et de bien être en dégradation accélérée dans notre région. Amazon, Huawei, Europa Vallée, Hatten dans le Nord de l’Alsace, l’extension sur 34ha de forêt du domaine KUHN à Saverne sont autant de projet  qui se pressent à nos portes.

Ce projet MACKNEXT est présenté très ‘’greenwashé’’ par son promoteur. On ne s’en étonnera guère. Promesses de limitation de l’impact environnemental, ‘’développement’’ économique, emplois etc… Le ‘’progrès’’ assurément, au dépend une nouvelle fois du vivant et de la nature alors que la Mission Régionale de l’Autorité Environnementale (MRAe) signale très clairement que d’autres espaces déjà anthropisés existent non loin pour installer MackNext et éviter de nouvelles artificialisations de sols.

Monsieur Mack nous propose de l’immersion en 3D dans des univers virtuels.

Nous, nous souhaitons prolonger l’immersion dans nos espaces naturels pour profiter des bienfaits de la nature,  du vivant, des paysages et des saisons.

Vous partagez cette inquiétude et souhaitez agir ? Alors CONTESTEZ CE PROJET via l’Enquête Publique ouverte jusqu’au 30 avril et accessible en ligne ici.

NOTRE AIDE (1) nous vous l’apportons en mettant à votre disposition UN MEMENTO AVEC SA BASE ARGUMENTAIRE  pour vous faciliter la tâche.

(1) Merci Au Chaudron des alternatives pour le mémo d’aide.