Procès d’une zadiste : verdict le 6 octobre

Dans la suite judiciaire de cette rentrée 2020 concernant des militants anti-GCO, une zadiste a été jugée mardi 22 septembre devant le tribunal correctionnel de Strasbourg pour des faits de « violences » lui étant reprochés, des suites d’une action sur un chantier du GCO le 3 avril 2019.

Rappel des faits :

Sur une action de blocage d’un chantier du GCO à Berstett, mercredi 3 avril 2019, alors qu’aucune raison poussait les gendarmes à user de la force pour faire respecter l’ordre, une zadiste anti-GCO a été jetée au sol, violentée pour être maîtrisé, des militants ont été bousculés par les forces de l’ordre.

Verdict le 6 octobre

Mardi 22 septembre, le tribunal correctionnel de Strasbourg a examiné le dossier de Julie, une zadiste poursuivie pour avoir injuriée un gendarme lors d’une opération de blocage du GCO en 2019 à Berstett.

Son avocate, Florence Dole, “a soutenu que les propos tenus de manière publique par sa cliente visaient non pas un gendarme en particulier mais l’ensemble du corps de gendarmerie présent auquel cas le délit relève de la loi de 1881 visant la presse et non pas du code pénal général, les délais de prescription étant alors de 3 mois et les peines encourues moindres. Maitre Dole a demandé une requalification du dossier ce qui entrainerait sa prescription donc l’absence de poursuite pour Julie.” – explique le site de la zad du Moulin

La vidéo de son interpellation violente (dont on peut voir un extrait ci-dessus) a été passée à l’audience. Des images fortes qui ont manifestement mis mal à l’aise tant la juge que le procureur. Ce dernier a requis 600 euros d’amende avec sursis.
De son côté, Maitre Dole “a insisté pour que ces conditions d’interpellation entrent en ligne de compte dans les faits reprochés, si le tribunal devrait malheureusement entrer en voie de condamnation.”

Il faudra attendre le 6 octobre pour connaître le verdict.