GCO : Un chantier destructeur !

Un panneau bancal où l’on peut lire « ce chantier s’engage pour la protection de l’environnement et de la biodiversité » … un “panneau bancal”, un signe ? !!

Ce chantier s’engage…

Ils ont poussé le long des 24 kilomètres du chantier de l’autoroute A355, à l’ouest de Strasbourg, des panneaux d’information sur lesquelles nous pouvons lire : « Ce chantier s’engage pour la protection de l’environnement et de la biodiversité », accompagné d’un dessin verdoyant avec de gentils petits animaux, comme pour se donner une conscience écologique, en réalité du greenwashing à la sauce Vinci, voire de l’information mensongère au regard des observations faites par-ci par là d’animaux morts, de pollutions d’hydrocarbures, de boue sur la route, … et ne parlons pas des nuisances sonores d’un chantier qui peut durer jusqu’à tard le soir, autour de 23 heures et tôt le matin, entre 4 et 5 heures.

Ruisseau pollué à proximité d’un
chantier du GCO au nord des travaux

.

.

.

.

.

.

.

.

Vinci, au travers de sa filiale ARCOS-SOCOS, en charge de la réalisation des travaux du Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), communique sur les investissements que l’entreprise met en oeuvre pour la protection de l’environnement et de la biodiversité.

Des compensations qui ne remplacent pas la perte de biodiversité

Imposée contre toute logique environnementale, Vinci use d’une grosse communication pour expliquer les mesures que l’entreprise met en oeuvre. Sauf que les pseudos compensations ne remplacent jamais ce qui a été détruit !

On voit fleurir des aménagements arboricole, des arbres plantés, notamment visible ce début 2021, sur le chantier du noeud de connexion A4/A35/A355 sur l’A4 Strasbourg-Paris entre Vendenheim et Brumath. Mais… parce qu’il y un gros “mais”, cela ne remplace pas les milliers d’arbres tombés sur l’ensemble des espaces pris par le projet (470 ha durant les travaux pour une emprise de 300 ha en exploitation) dont ceux massacrés dans les forêts de Kolbsheim et Vendenheim.

Critiqué sur l’aspect environnemental du dossier, il est bon de rappeler qu’il y a eu sept avis négatifs d’organismes d’État, qui ont pointé les insuffisances du projet concernant les mesures de compensation.

Certes, il y a des aménagements et ouvrages mis en oeuvre sur les 24 kilomètres de l’autoroute pour faciliter le déplacement des animaux, par exemple, comme des écotunels, écoponts avec palissage en bois. Mais seront-ils vraiment efficaces ? Rien ne le garantit. Parle-t-on de ce qu’ils ont détruit et qui ne sera jamais compensé ?


Grand Hamster d’Alsace : un partenariat en CDD !

Toute une partie de la communication de SOCOS met l’accent sur les mesures qu’ARCOS-Vinci entreprend pour la sauvegarde du Grand hamster d’Alsace, l’une des espèces emblématiques au coeur de notre lutte et menacée d’extinction (l’autoroute détruisant l’un de ses derniers espaces naturels autour de Strasbourg). La multinationale, au travers de sa fondation, injecte de l’argent à une association qu’elle a choisie. Un partenariat à durée déterminée qui fait joli dans la presse, mais qui ne pérennise en rien l’avenir de l’espèce.

“Cette année, trois opérations de lâchers de grands hamsters d’Alsace ont été réalisées par les équipes de SOCOS, les 9 et 10 juin derniers. 60 individus ont été lâchés à Altorf (1), puis 120 à Oberschaeffolsheim[…].

Depuis 2017, ce programme de réintroduction du grand hamster d’Alsace s’inscrit dans le cadre des mesures compensatoires en faveur de cette espèce protégée. D’ici 2023, 1200 individus viendront ainsi renforcer les populations existantes. Elevés par l’association Sauvegarde Faune Sauvage de Jungholtz, dans le Haut-Rhin, ces grands hamsters d’Alsace sont lâchés sur des parcelles favorables à la réintroduction de l’espèce.”

extrait sur le site dédié de Vinci Autoroute

Dans l’argumentaire de SOCOS, celui-ci évoque une réintroduction de 1200 hamsters d’ici à 2023. En 2020, le programme en prévoyait 800. La même année, l’estimation des individus présents dans la région était d’environ 700. En 1979, il y en avait plus de 4.000. La réalité c’est qu’il est illusoire de compenser la perte de la biodiversité. Nous avons perdu la bataille et ce n’est pas faute de l’avoir mené, notamment devant la Commission des pétitions du parlement européen en 2011. L’autoroute de Vinci a détruit un espace vital pour l’espèce, déclarée en danger critique en juillet dernier.

Aujourd’hui, Vinci se vante d’agir pour la biodiversité. L’argent qu’elle investit dans la sauvegarde du Grand hamster d’Alsace est une perfusion à un grand malade en fin de vie qu’elle a contribué à assassiner… C’est notre vision. Elle prétendra certainement le contraire, renvoyant la balle à l’État !

Le GCO reste une mauvaise solution imposée à de vrais problèmes
et la communication environnementale de Vinci, ne rendra pas son autoroute plus verte.

Eux, vous diront qu’ils sont vertueux dans leur démarche. Mais qui peut vraiment dire que c’est véritablement le cas quand nous savons que les services de l’État, censés être les garants de la respectabilité des normes environnementales, minimisent la réalité, voire même sont aux abonnés absents. Que vaut la parole citoyenne ?

Dans la communication de SOCOS, les responsables et techniciens de Vinci Autoroute mettent le paquet pour présenter l’autoroute A355 de contournement de Strasbourg, comme la réalisation la plus « écolo » de tout son réseau. Cette « autoroute verte » se veut être la vitrine du groupe Vinci en matière d’écologie respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Jamais auparavant l’entreprise n’avait tant axé sa com sur cet aspect. Sauf que depuis quand une autoroute est bonne pour l’environnement ? Elle génère des nuisances (bruit, pollution de l’air et des espaces immédiats de la route) qu’aucun aménagement ne saura les effacer. Un constat de l’institut français de l’environnement de l’impact du réseau routier sur l’environnement peut être consulter ici.

Quoi qu’entreprend ou entreprendra Vinci sur son autoroute à péage, en terre alsacienne, l’entreprise ne pourra JAMAIS compenser ce qu’elle a détruit avec la bienveillance de l’État, ni rendre son réseau écologiquement compatible avec les enjeux auxquelles nous devons faire face. A l’aube de l’entrée en service de la future A355, d’ici à début 2022, nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises… et ça n’aura pas été faute d’avoir mis en garde.

(1) 61 grands hamsters d’Alsace[…] ont été relâchés en pleine nature. C’est la quatrième opération de ce type organisée ce printemps*, dans le cadre d’un programme de réintroduction entamé en 2003. – *2020