Aire de Services du GCO : grosses inquiétudes pour les riverains !

Le concessionnaire Arcos, filiale de Vinci Autoroute, en charge de la gestion future de l’autoroute à péage de contournement Ouest de Strasbourg (GCO) projet imposé par l’Etat contre toute logique environnementale en septembre 2018 a dévoilé à la presse les contours de l’aire de services « l’aire de la Bruche » prévue à Duttlenheim.

L’aire de services de Duttlenheim sera la seule de l’A355, entre celle du Haut-Koenigsbourg (A35, au sud) et Brumath (A4, au nord) – capture article DNA du 15/09/2020

L’AIRE DE SERVICE DU GCO : TOUTE UNE HISTOIRE !

Initialement prévue du côté d’Ittenheim, l’aire de services a été déplacée une première fois au nord du tracé, près de Griesheim-sur-Souffel.

Dans les recours engagés, celui d’Alsace Nature contre le contrat de concession devant le tribunal administratif de Strasbourg en 2016, avait pointé un certain nombre de modifications par rapport au projet initialement soumis à l’enquête publique de 2006 concernant la Demande d’utilité publique (DUP).

Parmi les autres modifications, la plus significative relève celles des aires. Celle de services (station service, restauration, etc. de 18 hectares) est déplacée du sud, près d’Ittenheim, au nord du tracé, près de Griesheim-sur-Souffel. À cela, se sont ajoutés deux nouveaux espaces : une aire de stockage dédiée aux poids-lourd (6 hectares), ainsi qu’un pôle d’échange multimodal (covoiturage, TSPO, etc) à l’ouest de Strasbourg, au niveau de la RN4-A351. L’aire de stockage pourrait être regroupée avec l’aire de service pour diminuer son emprise, mais cela augmenterait tout de même la taille totale de l’aire.

RUE 89 STRASBOURG – 12 septembre 2016

La même année, à l’occasion de l’enquête parcellaire, les opposants découvrent qu’elle est une nouvelle fois déplacée, cette fois-ci plus au sud, à Duttlenheim, sous la pression de la FDSEA du Kochersberg.

Un imbroglio entre sections du même syndicat où à l’arrivée, Vinci pour calmer les tensions avec les représentants du syndicat avait accepté de réduire l’emprise des aires de services et de stockage en une seule aire, passant de 17 à 7 hectares.
Plus tard, dans l’opposition, courant 2017, la FDSEA se couchera définitivement à l’occasion du remembrement (11250 hectares), obtenant suffisamment de garantie financière de la part du concessionnaire. Un abandon dans la lutte qui tend les relations déjà difficiles avec les écologistes qui vaudront à Alsace Nature quelques tonnes de fumier devant ses bureaux, lors d’une manifestation le 18 septembre 2017.

DES HABITANTS SACRIFIES AU NOM DU PROFIT AU SERVICE DE VINCI

Le dévoilement à la presse des contours de l’aire de la Bruche par ARCOS début septembre, a fait réagir le nouveau maire de Duppigheim. Elu en mars, Julien Haegy est par ailleurs président de l’association pour la qualité de vie de son village, la DQV, et depuis un moment engagé dans la lutte anti-GCO. Avec ses nouvelles fonctions, il hérite d’un dossier dont les nuisances pour sa commune sont nombreuses. A l’aire de services s’ajoute par exemple, le projet de liaison GCO-Entzheim.

Dans les DNA du 23 septembre, Julien Haegy a fait le point sur les conséquences de la future aire de services impactant sa commune :

DNA (ed.abonnés) – Extrait – “« Le projet va générer une augmentation de trafic, avec toutes les nuisances induites », dénonce simplement le nouveau maire de Duppigheim[…]
« Une autoroute génère du bruit et de la pollution, mais l’aire encore plus. Les automobilistes accélèrent et décélèrent », souligne-t-il. « L’aire est prévue le long de la portion qui sera la plus empruntée du GCO, puisqu’elle sera gratuite. Le concessionnaire y a estimé la fréquentation à plus de 50 000 véhicules par jour »[…] « Et les études de bruit d’Arcos-Socos (Vinci) n’intègrent pas l’aire de services, juste l’axe du GCO ! », pointe-t-il, jugeant que «l’étude d’impact environnementale du GCO non plus». Comme «elle n’intègre pas plus les espèces animales protégées, dont le grand hamster d’Alsace».
Autre inquiétude, pour Julien Haegy : le dimensionnement. « Quand on sait que le projet était précédemment pensé à Griesheim-sur-Souffel, sur 17 hectares et avec 120 places de stationnement pour les poids lourds, et que celui de Duttlenheim n’est que de 7 hectares et 60 parkings pour PL, ça pose question ! » L’édile imagine d’ores et déjà qu’une extension pourrait être créée de l’autre côté de l’axe qui vient de la RD111.”

A cela s’ajoute : l’insécurité, le manque d’information de la population, une concurrence déloyale avec les commerces de proximité dans les villages au alentour et surtout : une aire trop proche des habitations.

TROP PETITE AVANT MEME SA MISE EN EXPLOITATION : ET APRES ?

La future aire de services est déjà trop petite avant même d’avoir déjà été mise en exploitation. L’éventualité d’un agrandissement est donc probable faisant de la FDSEA des cocus.

Au-delà de toutes ces considérations, le Contournement Ouest de Strasbourg est un désastre écologique dont les nuisances sont clairement sous-évaluées. Les élus favorables au projet portent une responsabilité immense sur l’écocide qu’ils ont soutenu. Un jour, il faudra rendre des comptes.