[BON A SAVOIR] Le GCO validé contre toute logique environnementale

7 avis défavorables successifs et sans effets

11 Juillet 2017 : le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) formule un AVIS DÉFAVORABLE concernant la construction de l’autoroute de 24 km appelée Grand Contournement Ouest de Strasbourg.

  • avis défavorable CNPN – ARCOS, DAU,
  • avis défavorable CNPN – SANEF (1),

Le CNPN est un organe du ministère de la Transition écologique et solidaire constitué de 60 experts scientifiques et techniques compétents en matière de protection de la biodiversité. Cet organe de conseil est financé par de l’argent public.


15 décembre 2017 : le CNPN rend un deuxième AVIS DÉFAVORABLE concernant la construction du Contournement Ouest de Strasbourg en mettant clairement en évidence l’insuffisance des propositions de Vinci en compensation des dégâts induits en matière environnementale.

  • avis défavorable CNPN – ARCOS, DAE,

21 Février 2018 : l’Autorité environnementale (Ae) rend un AVIS ACCABLANT pour ce projet (avis délibéré n° 2017-91). Cet organe, une création répondant aux législations européennes et nationales, réalise les évaluations d’impacts environnementaux des grandes opérations. Il s’agit d’une « autorité compétente en matière d’environnement ».


10 mars 2018 : l’Agence Française de la Biodiversité (AFB) rend un AVIS DÉFAVORABLE.


25 juin 2018 : AVIS DÉFAVORABLE de la commission d’enquête sur le volet ARCOS qui fait suite à l’enquête publique « Loi sur l’eau » concernant la partie principale du tracé du GCO. L’avis défavorable met en perspective l’ensemble des failles de ce dossier si souvent dénoncées par les opposants.


11 juillet 2018AVIS DÉFAVORABLE de la commission d’enquête sur le volet SANEF qui fait suite à l’enquête publique « Loi sur l’eau » concernant l’échangeur Nord du GCO avec l’autoroute A4 et la A35


A ces sept avis négatifs (deux enquêtes publiques et 5 organismes d’État) se rajoutent ceux de la consultation publique sur le site de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL).
Ces avis majeurs mettent en défaut de nombreux aspects du dossier, notamment les insuffisances concernant les compensations environnementales.

Consultatifs et non contraignants, le préfet Jean-Luc Marx cèle le sort du projet grâce à l’avis favorable du Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologique (CODERST) du 28 août 2018, un avis rendu contre toute logique, au regard des sept avis négatifs. Début septembre 2018, le préfet signe l’autorisation unique environnementale. Un acte purement politique qui offre à Vinci le droit de démarrer les travaux définitifs.

(1) Le 3 avril 2018, avis favorable CNPN – SANEF, DAE (réexamen suite à avis du 11/07/17),

#SortonsMacron – Face au déni de démocratie, en avril 2019, des décrocheurs ont invité Macron à voir le désastre écologique qu’il a permis à l’Ouest de Strasbourg, sur le chantier du GCO.