CARNA’ZAD : de Vendenheim à Kolbsheim en passant par Wolfisheim

L’actualité récente sur la zone d’occupation du moulin à Kolbsheim avec la pression d’ARCOS/SOCOS qui veut dégager la ZAD prochainement, la visite plus régulière des gendarmes, crée une atmosphère pesante. Pour autant, les habitant.e.s de la zone, tout comme les militants anti-GCO qui agissent sur le terrain, restent déterminés. Ils appellent à la mobilisation et au réveil citoyen à leurs côtés.

Vendredi, samedi et dimanche, à leur initiative, ils organisaient un CARNA’ZAD.

Occupe ton rond-point et projection-discussion

Vendredi, tout a commencé avec l’opération « Occupe ton rond-point ».

A Vendenheim, l’action avait une saveur particulière avec des événements récents dont la consultation citoyenne organisé par la mairie pour valider ou non le protocole d’accord entre Arcos et la commune. Vendredi et samedi, les électeurs Fédinois étaient appelés à se prononcer. Samedi, en fin de soirée la bonne nouvelle est tombée : le NON est sorti vainqueur. Un scénario qui n’a pas plu maire. Des témoins ont rapporté qu’il était fou de rage. Jeudi 22 février, il rencontrera le Président d’ARCOS. Malgré le désaveu de ses administrés, il a décidé de poursuivre les négociations.

A Wolfisheim, occupé le rond-point était une première. C’était aussi une première de voir autant de gendarmes pour « notre sécurité ». Ce qui n’a pas empêché de tenir l’intersection très très fréquenté durant presque deux heures et ainsi rappeler aux automobilistes que le GCO les concernent. Au 25 000 véhicules/jour en semaine, 14 000 de plus depuis l’échangeur d’Ittenheim, viendraient s’ajouter.

La soirée s’est poursuivie au Spot de Kolbsheim avec le soutien du collectif Alsace NDDL, dont des membres participent aussi à l’opposition au GCO. Le film-documentaire « nous les zadistes radis-co de la zad de NDDL », a été projeté.

A Kolbsheim, il n’a pas fait chaud, mais on a un coeur énorme !

Samedi, la neige s’est invitée. Autour de la grange, les habitant.e.s avaient prévu le coup.

Construire l’avenir et enraciné encore un peu plus la résistance, a été au coeur des activités entre ateliers et moments ludiques. Samedi soir, c’était carna’zad à la ZAD. Une manière de décompresser et profiter de l’instant présent.

« La ZAD du Moulin n’a certes qu’un lieu de vie, mais elle profite aussi de ses antennes au « spot » et au « verger », moins fréquentés mais qui permettent d’étendre la vigilance. Et si cette ZAD fait figure de toute petite sœur de Notre-Dame-des-Landes, elle profite cependant d’une singulière dynamique festive et revendicative. Démonstration faite samedi soir, avec une soirée carnavalesque rythmée par de la musique klezmer où le dress code mettait à l’honneur les casques de chantier et autres gilets fluo. Clins d’œil, on s’en doute, aux « voisins » de Vinci. » évoque les DNA au sujet du week-end.

Dans un registre un peu plus sérieux, ces trois jours ont été pour nous l’occasion d’évoquer l’actualité, d’échanger et s’informer. Samedi après-midi et dimanche toute la journée, divers ateliers alternant discussions et bricolages étaient aussi proposés. Une manière pour nous de regarder devant nous et de montrer, malgré les nombreux vents contraires, que la vie autour du moulin se poursuit. Nous sommes là et bien là !

Source : ZAD du Moulin

Revue de presse


Étiquettes: