GCO : Halte aux mensonges et aux contre-vérités

Monsieur Herrmann, Président de l’Eurométropole, en tandem avec Monsieur Heimburger, Président de la CCI, sont les plus ardents défenseurs du GCO. Pour arriver à leurs fins, ils utilisent des arguments mensongers. Ils font croire aux automobilistes qu’une fois le GCO réalisé, ils ne seront plus bloqués dans les bouchons pour aller à Strasbourg. Ils font croire aux Strasbourgeois et aux habitants des autres communes situées sur l’axe des autoroutes A4 et A35 qu’ils auront moins de bruit et moins de pollution. Tout cela est faux puisque, même avec le GCO, il y aura toujours 145 000 véhicules par jour sur l’actuelle autoroute A4-A35 donc autant de bouchons qu’actuellement. Tout le monde valide ce chiffre de 145 000 véhicules par jour y compris messieurs Herrmann et Heimburger.

Ils nous promettent de transformer l’autoroute actuelle en boulevard urbain. Avec 145 000 véhicules par jour, on se demande comment ils vont faire ? En plus, ils n’en ont pas les moyens car le coût d’une telle transformation est estimé par les spécialistes à 20 millions d’euros du km. Il suffit de faire le calcul avec 25km d’autoroute à transformer en boulevard urbain. En plus il faudra installer un système de portiques pour empêcher les camions en transit d’utiliser le tronçon de l’A4/A35 autour de Strasbourg. Au bas mot, une telle opération se chiffrerait au minimum à 500 Millions d’Euros. Aucune Collectivité, que ce soit l’Eurométropole, le Département du Bas-Rhin ou la Région Grand-Est ne dispose des moyens pour un tel financement. Et nous savons tous que l’Etat est en période de restrictions budgétaires.

Promettre un boulevard urbain est donc un mensonge supplémentaire. Regardez la traversée de Fegersheim-Lipsheim qui malgré les promesses n’a jamais été réalisée. Et cela dure depuis 50 ans.

Quant à Monsieur Heimburger, il affirme que le coût des pertes pour les entreprises dûes aux encombrements routiers autour de Strasbourg est de 200 000 millions d’euros par an soit 1 milliard d’euros sur 5 ans. D’où sort-il des chiffres aussi astronomiques ? Certainement pas des artisans et des TPE/PME de l’Eurométropole pour qui de tels chiffres sont très éloignés de leurs réalités ! Aucune étude sérieuse ne peut corroborer des chiffres aussi faramineux !

Mais par le passé, la CCI nous a déjà montré son sens de la démesure.

En 1996, la CCI voulait faire venir l’entreprise DHL à l’aéroport de Strasbourg-Entzheim pour y développer une activité de fret nocturne avec toutes les nuisances générées par les avions la nuit. A cette époque déjà, elle nous promettait des milliers d’emplois et des centaines de millions d’investissement. Heureusement le projet a été abandonné et DHL est parti à l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine où il est resté 3 ans avant de partir définitivement.
Et cela n’a aucunement nuit au développement de l’aéroport de Strasbourg-Entzheim puisque pour l’année 2016 il a affiché un bénéfice net de 1 117 308 euros et il a distribué 199 372 Euros de dividendes à ses actionnaires que sont la CCI, l’Eurométropole, le Département du Bas-Rhin, la Région Grand-Est et l’Etat. Alors que l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine est moribond.

En 1996, Madame Trautmann a eu la sagesse, l’intelligence et le courage d’arrêter le projet DHL qui aurait nuit à la santé des habitants.

Malheureusement, Monsieur Herrmann n’a ni le charisme, ni l’intelligence de Mme Trautmann. Il veut le GCO coûte que coûte même si ce projet ne sert à rien puisqu’il ne réduira ni les bouchons, ni la pollution.

Le GCO ne servira qu’à attirer plus de camions de transit dans la traversée de la Plaine d’Alsace. Ces camions, venus du Nord et de l’Est de l’Europe, éviteront la maut en Allemagne et bénéficieront d’une liaison autoroutière continue et presque gratuite pour la traversée de l’Alsace. Mais cela ne créera que des nuisances et des bouchons supplémentaires du nord au sud de l’Alsace. Imaginez le tronçon entre Sélestat et Colmar qui sera complètement bouché par les camions.

L’Alsace n’a rien à gagner du GCO. Pour diminuer les bouchons, instaurons au plus vite en Alsace un péage pour les camions en transit, développons encore davantage les accès à Strasbourg par le train, réalisons des liaisons en train permettant de relier directement entre elles les villes, les communes et les grandes zones d’activité situées dans un rayon de 30km autour de Strasbourg, améliorons les liaisons de transport en commun entre les communes et les zones d’activité de la seconde couronne autour de Strasbourg, inventons les solutions pour remédier aux 2 points noirs de l’A4/A35 qui sont d’une part le virage de Cronenbourg avec l’accès au Wacken et le croisement des flux du Wacken et vers Hautepierre et d’autre part à hauteur de l’Elsau et de Strasbourg-Centre, le croisement des flux en provenance du Parc de l’Etoile et de la sortie vers Hautepierre.

Francis Rohmer,
PARTAGERShare on Facebook162Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone