Covid19 : Vinci a profité d’aide publique sans contrepartie.

Covid19 : solidarité nationale… vous dites ? Non, non, les petits commerces “non essentiels” peuvent crever, les salariés précaires touchés de plein fouet par les conséquences économiques du premier confinement grossissent les rangs du chômage, les militant.es écologistes emmerdent, … bref, la réalité de la France confinée une nouvelle fois jusqu’au 1er décembre 2020 à de quoi inquiéter notre avenir à toutes et tous.

Alors que l’État manque de transparence dans la gestion sanitaire due au covid19, que ses choix questionnent, notamment sur les libertés individuelles de chacun.e, tout en étant conscient de la situation sanitaire du pays qui est préoccupante faute d’avoir pris des mesures pour renforcer l’hôpital public face aux 13 000 lits fermés ces 6 dernières années et de n’avoir pas écouté les revendications des soignants, l’Observatoire des multinationales a publié un rapport le 12 octobre dernier « Allô Bercy ? Aides publiques : les corona-profiteurs du CAC40 » qui pointe les aides massives versées aux grandes entreprises du CAC40, suite à l’épidémie de Covid. Sans contrepartie : ces dernières continuent à distribuer de généreux dividendes à leurs actionnaires, tout en annonçant la suppression de près de 60 000 emplois, dont 15 000 en France.

Parmi les entreprises, on retrouve Vinci, concessionnaire de la future autoroute à péage de contournement Ouest de Strasbourg actuellement en construction et imposée par l’État en septembre 2018, contre toute logique environnementale.

Le journal Basta évoque « Allô Bercy »

EXTRAIT – ” …. Huit groupes ont même augmenté le dividende versé par rapport à l’année précédente : Teleperformance (+26,3 %), Vivendi (+20 %), Schneider Electric (+8,5 %), Danone (+8,2 %), Dassault Systèmes (+7,7 %), Total (+4,7 %), Sanofi (+2,6 %), Air Liquide (+1,9%). […]

Au moins 24 sociétés cotées au CAC40 ont ainsi profité du chômage partiel. 14 d’entre elles ont versé un généreux dividende : Bouygues, Capgemini, Carrefour, Kering, LVMH, Michelin, Publicis, Schneider, Teleperformance, Thales, Unibail, Veolia, Vinci, Vivendi. Carrefour a ainsi versé 185,6 millions de dividendes, soit l’équivalent de 9284 euros par caissières. Elles, toujours en première ligne face au virus, n’ont bénéficié que d’une prime de 1000 euros – que d’autres enseignes n’ont même pas pris la peine de verser à l’ensemble de leurs personnels. Hors CAC40, signalons le chimiste Solvay qui a versé 397 millions d’euros de dividendes et lui aussi largement bénéficié du chômage partiel….”

Allô Bercy : ces entreprises du CAC40 qui profitent sans contrepartie des aides publiques Covid

Quid du GCO, dans un monde défendu par Vinci qui n’est pas le nôtre.

Non, Vinci, n’a pas de vertu !

Il est important de garder en mémoire que les intérêts de l’entreprise Vinci ne sont pas le bien-être des Strasbourgeois, ni celui des utilisateurs de l’A35 traversant l’Eurométropole de Strasbourg, ce qui intéresse le groupe, ce sont les profits escomptés qu’ils pourront gérer grâce au GCO et prendre l’argent où il est possible d’être pris, comme profiter d’aides publiques sans contrepartie. Leur monde n’est pas le nôtre.