Europa Park : un demi GCO d’impact en projet !

Rue89 Strasbourg, dans un article paru le 2 mars 2020, évoque l’ambition d’Europa-Park de construire un complexe hôtelier de plus de 150 hectares entre les communes de Sundhouse et de Diebolsheim (Bas-Rhin), dans une zone proche du Grand Ried, un espace naturel protégé. “La région Grand Est, le département et les communes avoisinantes sont aux anges. Peu informés, les agriculteurs du coin sont inquiets quant à l’impact de ce projet sur leurs exploitations.”, introduit le journal.

  Sur notre page Facebook, nous avons réagit à cet article :

  Développons un peu plus notre réaction :

Comme souvent, à l’émergence d’un projet, se pose la question de la pertinence de celui-ci vis-à-vis de l’environnement qu’il va toucher.

Face à l’urgence climatique, le choix politique en matière d’aménagement devrait tenir compte des préconisations environnementales, notamment celles concernant l’artificialisation des terres qui contribue au dérèglement climatique.
Or, ici, les élus directement concernés, comme ceux à la Région et au Département, sont “au ange”. Seul compte l’impacte économique qu’un tel investissement pourrait générer. Une pensé à court terme où une fois encore, comme nous avons pu le constater sur le projet du contournement Ouest de Strasbourg, où se pose également la question de l’intérêt général.

Dans le contexte climatique dans laquelle nous sommes, nous aimerions plutôt voir nos élus travailler à la transformation d’une agriculture biologique, de chercher à réhabiliter les friches industrielles au lieu d’accaparer encore plus de nouvelles terres, de déconstruire les routes inutiles en repensant à un schéma de déplacement optimisé, de redonner à la nature les espaces bétonnés ou goudronnés, là où c’est possible. Bref, il ne s’agit pas d’être contre tout, juste à ce que les élus mettent en action sur le terrain leurs propos à dire qu’ils ont compris qu’il est urgent d’agir pour le climat.

150 hectares de terres agricoles impactées !

Le projet d’Europa-Park projette d’impacter 150 hectares de terres agricoles. Le choix du lieu est optimal à éviter d’impacter une zone environnementale proche du Grand Ried, est-il expliqué dans l’article. Pour autant, ce sont des terres agricoles qui seront retirées de leur fonction. Rue89 Strasbourg recueille les inquiétudes des agriculteurs du secteur au travers d’un représentant local de la FDSEA et des JA. Quand on connaît l’histoire du GCO, l’inquiétude pouvant entraîner une résistance a juste pour intérêt de faire grimper la compensation financière. Ne voyez en rien un intérêt environnementale, voire même agricole. Si la compensation financière est jugé suffisante, la résistance du principal syndicat de la profession, cédera. C’est ce qui s’est passé pour le GCO. Vinci a su acheter le silence de la FDSEA qui s’est couchée pour laisser passer le goudron sur des terres réputées être les plus fertiles d’Europe… entraînant le massacre du plusieurs zones boisés (Kolbsheim et Vendenheim)

Le projet d’Europa-Park de construire un complexe hôtelier dans le Bas-Rhin, à un téléphérique de leur parc d’attractions, côté allemand, nous interpelle face aux réactions des élus et agriculteurs. L’expérience du GCO nous fait prendre la hauteur. Face à l’urgence climatique (et sociale), nous constatons le fossé entre discours d’intention pour le climat et l’intérêt économique de la réalité sur le terrain…

Pour le climat, il y a encore du boulot…

Il ne s’agit pas d’être contre tout. Nous l’avons évoqué dans nos propos. Ce qui nous pousse à réagir c’est de voir le décalage entre les discours d’intention pour le climat et la réalité face un projet où aucune considération écologique n’est prise en compte dans les attitudes. Rien n’est structuré. Tout est laissé à la bonne volonté des acteurs. Pour le climat, il y a encore du boulot…