[COMMUNIQUE] : La sagesse du CNPN et l’arrogance de Vinci.

Nous savons depuis longtemps que le projet de GCO est inepte et ne répond pas aux enjeux locaux réels. D’ailleurs, de plus en plus d’acteurs du monde économique, quand ils étudient le dossier, nous rejoignent dans notre analyse.

Aujourd’hui, l’avis du CNPN* rendu cet été, confirme ce que le collectif affirme depuis des mois, à savoir que les impacts de ce projet inutile seraient énormes et en fait non compensables dans les règles de l’art. Cet avis n’est pas qu’une péripétie, mais un véritable coup de canif dans le projet, et l’Etat a choisi de suivre l’avis du CNPN qui n’est pourtant que consultatif.

Comment réagit Vinci ? Par une incroyable arrogance qui a elle seule devrait achever de discréditer cette multinationale auprès d’une large part de l’opinion publique et des décideurs. Pour Vinci, cet avis, ainsi que la très importante enquête publique « environnement » qui doit encore avoir lieu ne sont que des formalités. Autrement dit, Vinci n’a que faire de l’avis des scientifiques, et encore moins de celui de la population concernée. Pour preuve, Vinci annonce tranquillement vouloir démarrer les déboisements des forêts de Kolbsheim et Vendenheim, alors que ce sont justement les impacts sur ces boisements remarquables qui sont pointés par le CNPN ! Un minimum de décence devrait conduire, sinon Vinci, du moins l’Etat à suspendre les travaux de déboisement en attendant la clôture de l’instruction et les résultats de l’enquête publique. Car, sinon, à  quoi sert une enquête publique si la population est mise devant le fait accompli ?

Ce type d’arrogance, tel que manifesté par Vinci, est très probablement le même que celui qui a conduit les électeurs à renvoyer une bonne partie de l’ancienne classe politique coutumière de ces méthodes. Nous espérons que le nouveau pouvoir saura tenir compte de cette nouvelle  donne et prendra mieux en compte l’avis des populations concernées pour des projets de cette ampleur plutôt que de suivre les intérêts des lobbies. Certains nouveaux députés montrent ou commencent à montrer davantage de sensibilité à cet égard, et nous nous en réjouissons.  Il reste à espérer que certains élus territoriaux, notamment à l’Eurométropole, dont les mandats vont aussi être remis en jeu, penseront  à modifier leurs pratiques dans le même sens et retrouveront le courage de la cohérence…

En tous cas, le collectif GCO Non Merci, fort de l’avis du CNPN qui confirme son opinion, continuera à se battre pour éviter l’irréparable avant l’inéluctable remise à plat du dossier. Et nous comptons sur le soutien constant et dynamique des citoyens mobilisés sans qui ce projet ne serait effectivement qu’une formalité pour Vinci. Pour un avenir sans GCO, mais avec des mobilités durables !

*CNPN : Conseil National de Protection de la Nature

PARTAGERShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone