Des opposants sur les chantiers à Kolbsheim et Duppigheim

Cela faisait longtemps que des militant.es anti GCO n’étaient plus venu perturber l’un ou l’autre chantier le long des 24 kilomètres de l’autoroute de Vinci, imposée par l’Etat contre toute logique environnementale.

Mercredi 10 mars, courant de la matinée, une quarantaine de personnes dont quelques historiques du mouvement, se sont déplacées sur le chantier du côté de Kolbsheim, place forte de l’opposition, puis sur les travaux du côté de la future aire de service à Duppigheim.
Une présence pour rappeler que même si les travaux avancent, l’acceptation du projet ne sera jamais acquise. D’évoquer également que le jugement sur le fond concernant l’autorisation unique environnementale qui avait ouvert le droit à Vinci de démarrer les travaux en septembre 2018, n’a toujours pas été jugé. Une situation scandaleuse au regard du massacre sur le terrain vis-à-vis de la lenteur de la justice administrative dans un dossier comme celui dans lequel nous sommes engagés.

Nous ne sommes pas aliénés…

Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’arrêter les travaux en cours (quoique). Pour autant, il important pour nous de rappeler que nous ne sommes pas aliénés, que nous gardons un oeil sur les travaux, mais aussi du respect sur les mesures compensatoires qui sont loin d’être satisfaisant. Le GCO reste une mauvaise idée à de vrais problèmes. L’avenir nous donnera raison.

C’est grave du côté climaticide et on ne peut pas juste laisser faire. Les contradictions des grands discours écolos entre les paroles d’intentions du président Macron et du gouvernement et la réalité du terrain sont devant nos yeux, entre le Kochersberg et le Ried de la Bruche, à l’Ouest de Strasbourg. Le couloir à camions que sera la réalité de l’A355 n’était pas ce qui a été vendu aux citoyens lors de l’enquête publique de 2006.

L’aire de Service, la liaison GCO-Entzheim…

Dans un deuxième temps, les militant.es se sont déplacés sur le chantier entre Duppigheim et Duttlenheim, avec présentation de la zone, de l’air de service en construction (sous dimensionnés, pour laquelle les études d’impact n’ont pas été faites, déplacées en dernière minute dans le projet). Julien Haegy, le nouveau maire de Duppigheim, élu en mars 2020, anti-GCO de longue date, a expliqué les raisons pour lesquelles la commune a engagé une action devant le tribunal administratif pour contester la validité du permis de construire. Monsieur Haegy se bat avec les armes qu’il a pour améliorer le bien-être de ses administrés mis à mal avec un autre projet porté par le Département : la liaison GCO-Entzheim.

Même si les travaux du GCO avancent, l’Etat et Vinci n’auront jamais notre résignation. L’autoroute de Vinci imposée par l’Etat reste une mauvaise idée à de vrais problèmes.

D’autres images (suite), ici sur le chantier de l’aire de service à Duppigheim. Le nouveau maire, Julien Haegy, attaque le permis de construire devant le tribunal administratif.

REVUE DE PRESSE

L’Alsace / DNA

DNA (ed.abonnés)

DNA – Extrait – “Christine, Jacky, Monique, Daniel, Jean-Marc… Ils sont à nouveau là, à nouveau réunis à Kolbsheim. L’avancée du chantier, la crise sanitaire, tout cela fait que la mobilisation s’est distendue. Sur le terrain en tout cas. Car dans les cœurs, c’est toujours douloureux[…]

Aux abords de la RD711, le maire Julien Haegy présente les raisons de son recours au tribunal administratif contre l’aire de services de Duttlenheim. « Elle est sur le ban de la commune voisine, mais tout près de nos habitations. Les nuisances, du bruit au stationnement, n’ont pas été suffisamment considérées. Les études d’impact ne sont pas suffisantes », fustige-t-il[…]”

France Bleu Alsace

France Bleu – Extrait – “[…] plus de deux ans après l’évacuation manu-militari de la Zad du Moulin à Kolbsheim, en septembre 2018, les anti-GCO restent surveillés comme le lait sur le feu. Ce mercredi matin sur le chantier ils ont rapidement été rejoints par une trentaine de gendarmes qui leur ont demandé, après avoir relevé leur identité, d’aller se promener ailleurs.

La Feuille de chou

La Feuille de chou – Extrait – “La gendarmerie alertée par les travailleurs du site Socos-Vinci de Kolbsheim débarque en masse (une douzaine de véhicules, avec 3 occupants chaque fois, un colonel et un capitaine de gendarmerie…) pour contrôler plusieurs dizaines d’anti-GCO revenus constater les dégâts et l’écocide près de l’ex-ZAD.”

L’Alsace

L’Alsace – Extrait – “Ils étaient quelque 25 figures de la lutte anti, « venus de tout le tracé » de la future A355, de Vendenheim à Griesheim-près-Molsheim[…]


Les forces de l’ordre ont rappelé qu’en période de crise sanitaire, les rassemblements de plus de six personnes, même en plein air, ne sont pas autorisés. À bonne distance, les participants ont pour finir rejoint Duppigheim.”