Cette autoroute à camions qui défigure l’ouest Strasbourgeois

Nous sommes solidaires et actifs dans le mouvement pour le climat parce que le Contournement Ouest (GCO) de Strasbourg est l’exemple malheureux de ce que nos dirigeants politiques au pouvoir n’auraient jamais dû autoriser.

Sept avis négatifs d’organismes d’Etat et pourtant, début septembre 2018, le préfet Jean-Luc Marx s’assoit dessus et signe l’autorisation unique environnementale, sésame tant attendu par Vinci pour lancer les travaux.

Un an et demi plus tard, la vue satellite ci-dessous laisse entrevoir le tracé dans la réalité du GCO.

Du sommet de l’Etat jusqu’à la plus petite commune, les élus des menteurs !

Le GCO est climaticide. Son but n’est pas le désengorgent de Strasbourg, ce pour quoi il a été vendu aux citoyens, mais de faciliter la circulation des marchandises entre le nord Europe et le sud. L’autoroute sera un couloir à camions, ni plus, ni moins. Une réponse purement économique au service de quelques-uns.

Le soleil ne se couche jamais sur l’empire Vinci.

Du sommet de l’état jusqu’à la plus petite commune, les élus et candidats nous assurent que, cette fois-ci (encore), promis (les élections municipales occupent les esprits), les politiques seront à la hauteur des enjeux actuels : climatiques, énergétiques, de santé publique, de biodiversité… sauf que les discours d’intention, ils sont trop nombreux à nous les servir juste pour faire “jolie” et répondre aux aspirations citoyennes…

La réalité sur le terrain est tout autre. Nous le constatons tous les jours un peu plus face à l’avancé des travaux du GCO. Comprendre les enjeux climatiques, énergétiques, de santé publique, de biodiversité, aurait dû amener l’État à stopper le projet de contournement de Strasbourg… Avoir du courage à servir l’intérêt général face à l’intérêt économique. Les PPP (partenariat public privé) en ligne de mire des critiques.

« rappeler aux élus qui ont permis le GCO ou leurs héritiers, qu’il ne s’agit pas simplement de planter des arbres pour répondre à l’urgence climatique et se donner bonne conscience. »

Sur la route de Vinci, hier, aujourd’hui et demain…

Le collectif reste combatif pour le climat, la mise en place d’une écotaxe locale, pour une vraie mobilité intermodale et saura aussi rappeler aux élus qui ont permis le GCO ou leurs héritiers, qu’il ne s’agit pas simplement de planter des arbres pour répondre à l’urgence climatique et se donner bonne conscience.