TOUT SUR LE GCO

2004-0714_manif-kolbsheim_ernolsheim-sur-bruche_04

Comprendre en quelques lignes ce qu’est le projet GCO…

Le GCO – pour Grand Contournement Ouest de Strasbourg (ou COS… ou A355) – est un projet de 24 km d’autoroute à péage, soit disant destiné à désengorger la section urbaine de l’A35 strasbourgeois, en passant par l’Ouest, notamment dans une zone rurale que l’on appelle le Kochersberg, avec la destruction de terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe, mais aussi l’anéantissement de plus de 10 hectares de forêt près de Vendenheim, ainsi que le massacre d’un espace naturel exceptionnel entre les communes de Kolbsheim et Ernolsheim-sur-Bruche. 24 communes seraient directement impactées par ce projet.

Le GCO en 6 dates

Le GCO, ou Grand Contournement Ouest de Strasbourg, est un projet d’autoroute à péage conçu dans les années 1970 afin de désengorger la section urbaine de l’A35 strasbourgeoise.

Historique du GCO : un projet vieux de 40 ans

1973 : inscription du GCO dans le SDAU (Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme) de l’agglo-mération de Strasbourg et dans le Programme d’action prioritaire d’intérêt régional n°1 (PAPIR).


2016 : 10 ans après la grande manifestation du 10 juin 2016, les opposants réinvestissent Strasbourg le 15 octobre 2016 : 3 000 manifestants et une centaine de tracteurs ont pris part à cette mobilisation qui fait date. Vinci est prévenue !

 

 

EN COURS DE MODIFICATION

 

 

PARTAGERShare on Facebook9Tweet about this on TwitterShare on Google+1Email this to someone


3 réponses à TOUT SUR LE GCO

  1. Jéjé dit :

    Aucun des arguments (pro ou contre) parlent du paradoxe de Braess !

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_de_Braess

    Malheureusement, ce paradoxe est mis en évidence après la réalisation d’un nouvel itinéraire …

  2. Ca serait un vrai coup de grâce pour le Grand hamster ce contournement ! Et pour les champs et les espaces verts aussi.

  3. Bachellerie dit :

    pour tout commentaire , ce qu’écrit Jacques Ellul dans son livre le  » Le bluff technologique en 1988 ;
    « Ouvir une voie nouvelle ce n’est pas du tout décongestionner une ancienne, mais c’est provoquer un nouveau flux automobile .L’erreur est la suivante: ceux qui fabriquent autoroutes et rocades partent de l’idée toute faite que la circulation automobile étant dans les dix ans à venir à 100 et par conséquent si je double la route, il n’y en aura plus que 50 sur chacune. Or ceci est faux: créer une voie , c’est appeler de nouvelles autos à entrer dans le circuit; Maintenant toutes les expériences, tous les calculs vont dans le même sens. Il y a induction de croissance. Le réseau routier n’a plus ici pour objet de répondre à une demande mais de la créer (……) La logique est celle de l’accroissement de marché de l’automobile, alors qu’il se donne l’apparence d’être au service d’une logique de satisfaction des besoins de transports (….) Il s’agit d’assurer par des infrastructures un développement important de la circulation. »
    références de l’auteur:
    J.C. Ziv. An history of urban strasportation. Planning in the U.S. . Cornel University
    J. Dupuy. Urbanisme et technique; Centre de recherche d’urbanisme

    Nota : Jacques Ellul a été sociologue des techniques;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *