Stop Amazon Dambach-la-Ville : abandon du projet !

La nouvelle est tombée jeudi : « Amazon abandonne son projet d’entrepôt logistique géant à Dambach-la-Ville ! »

Invité de BFM TV, le directeur général d’Amazon France a assuré que sa société n’avait pas de projet en Alsace. Une information reprise rapidement par les médias Alsaciens face à la contestation en cours contre les projets d’entrepôt géant à Ensisheim (68) et Dambach-la-Ville (67).

Victoire pour les opposants au projet d’Amazon à Dambach-la-Ville

Se sont les DNA qui obtiennent en premier la confirmation par le président de la Communauté de communes du Pays-de-Barr, Claude Hauller : la firme américaine ne souhaite plus installer d’entrepôt sur la commune de Dambach-la-Ville. Pour le maire de la commune de centre Alsace, « la complexité du dossier administratif et les oppositions locales ont fait renoncer Amazon. » rapporte le journal. Une information reprise ensuite et traitée par plusieurs médias.

Pour le collectif d’opposants regroupé autour du Chaudron des alternatives et dont notre collectif apporte son soutien, la nouvelle est réjouissante : « Nous nous réjouissons de cette bonne nouvelle ! »

Cette victoire, c’est aussi le fruit d’une synergie dans l’opposition locale mise en place ces derniers mois, aidé par le mouvement « Stop Amazon » dont l’association Les Amis de la terre est très actives. Dans le média Pokaa, le porte parole du Chaudron des alternatives, Pascal Lacombe, souligne l’importance de cette mobilisation qui a su détecter très tôt l’ombre d’Amazon sur le projet d’entrepôt à Dambach-la-Ville :

On a réussi à détecter Amazon assez tôt pour avoir un impact. Nous avons alors harcelé les élus concernés, en leur demandant quels arguments ils avaient en faveur de cette entreprise. Ce qui est terrible, c’est qu’aucun n’a répondu. Ils ont refusé le dialogue. On a aussi envoyé des courriers à 250 conseillers municipaux de la zone pour les sensibiliser. Il y a eu une grosse manifestation à Barr qui a rassemblé 500 personnes. On avait un très fort écho médiatique avec de nombreux articles sur le sujet. Des recours juridiques allaient être entamés, ce qui allait faire perdre du temps à Amazon. Ils préfèrent avancer dans l’ombre. Là, ça devenait trop compliqué.

Le projet d’entrepôt géant d’Amazon à Dambach-la-Ville était-il un contre-feu à celui d’Ensisheim ?

La victoire de voir Amazon renoncer à son projet d’entrepôt à Dambach-la-Ville est un beau succès pour les opposants. Pour autant, Rue89 Strasbourg dans son article “« Pas de projet en Alsace » : le directeur d’Amazon France oublie Dambach-la-Ville“, souligne l’incohérence des propos du directeur d’Amazon France lorsqu’il affirme que son entreprise n’a pas de projet en Alsace, alors qu’il cite nommément le projet d’entrepôt à Ensisheim dont la réunion de validation aurait du avoir lieu ce jeudi 5 novembre (CoDERST ajourné, pour mémoire).

On peut s’interroger sur les motivations du géant américain à vouloir deux projets en Alsace. Car même s’il déclare qu’Amazon ne s’installerait pas dans la région, des questions restent ouvertes vis-à-vis du projet à Ensisheim : et si le projet à Dambach-la-Ville avait été un contre-feu pour brouiller les pistes et induire en erreur les opposants ? Une chose est certaine, l’ombre d’Amazon en Alsace reste d’actualité avec Ensisheim. A suivre donc…

Pour le dessinateur de Rue89 Strasbourg “Défaite sur tapis de verts…

L’ombre d’Amazon en Alsace reste d’actualité avec le projet à Ensisheim

Une chose est certaine, même si la mobilisation citoyenne dont notre collectif a pris part en soutenant le chaudron des alternatives, paie ici, nous devons garder à l’esprit que le combat contre l’installation de méga-entrepôts d’e-commerce en France et la menace qu’ils font peser sur les commerces de proximité va au-delà de la victoire locale. D’autant que l’implantation d’Amazon en France est déjà une réalité avec une dizaine de projets en cours dont celui d’Ensisheim. Les responsables à pointer en premier lieu sont tout d’abord l’Etat qui permet l’installation de ce modèle économique sur notre territoire. Un moratoire a été promis cet été par la ministre de l’écologie en fonction, Barbara Pompili, il est urgent de le mettre en place.