[REVUE DE PRESSE] Virage délicat pour le Grand contournement ouest

"Le groupe Vinci va demander au gouvernement une prolongation de la Déclaration d’utilité publique (DUP) de l’autoroute A355. Il craint de ne pas pouvoir lancer le chantier avant la date d’échéance le 23 janvier 2018. Il propose aussi de déplacer l’aire de services de l’autoroute, attaquée devant le Conseil d’État." explique les Dernières Nouvelles d’Alsace dans leur édition du dimanche 8 janvier 2017.

L’article évoque les contraintes qu’imposent les opposants à Vinci ;
ARCOS, sa filiale, se dit “pas en retard”. “Tout va bien” selon eux… Nous en doutons !

Et pour preuve : "(…) L’impondérable n’est pas forcément météorologique, il peut être aussi juridique. C’est peut-être la plus grande menace pour Vinci.
Car le concessionnaire doit faire face à une véritable guérilla juridique engagée par les opposants : on compte au moins un recours devant le tribunal administratif, un autre auprès de la Banque européenne d’investissement pour le projet de financement et deux recours devant la Commission européenne.
Récemment, c’est un recours de trois communes devant le Conseil d’État contre le contrat de concession qui a fait bouger le concessionnaire.
Pfulgriesheim, Dingsheim et Griesheim-sur-Souffel sont en effet vent debout contre l’autoroute et plus encore, contre le projet d’aire de services sur leurs bans respectifs. « Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est l’aire de services, raconte René Wunenburger, le maire de Griesheim-sur-Souffel. L’emprise dépassait carrément l’emprise du fuseau qui avait été soumis à enquête publique. Nous avons fait un recours gracieux auprès du préfet puis déposé un recours contentieux devant le Conseil d’État début juin. »"
PARTAGERShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone