Forêt de Vendenheim : comment l’Etat, la SANEF et les collectivités pratiquent la politique de la terre brûlée

Depuis lundi 22 octobre, des militants freinent les coupes et abattages d’arbres dans la forêt du Krittwald à Vendenheim.

PETIT RAPPEL : sur la vingtaine d’ha qu’il est prévu d’abattre, 8 ha avaient été abattus fin septembre (sur la partie gérée par VINCI/ARCOS), provoquant une vive émotion chez tous les amoureux de la  nature. Il reste environ 13ha à couper pour réaliser les travaux de l’échangeur Nord, gérés par la SANEF.

SANEF a hérité de la construction de l’écopont et de la bretelle d’accès au GCO quand on viendra du Nord. Or, dans cette forêt de la Krittwald de nombreux secteurs sont riches en vieux arbres. Ainsi, plusieurs zones ne sont «abattables » qu’entre le 1er septembre et le 15 octobre pour éviter la destruction de chauves-souris. C’est le cas de la zone où débutera la bretelle d’accès et de la zone où elle se connecte avec la partie ARCOS.

Or, la SANEF n’a pu couper cette année car ils ne bénéficiaient pas de la maitrise foncière et d’usage des terrains destinés à accueillir les mesures compensatoires. Ces maitrises leur ont été accordées par une vote du Conseil Municipal de Strasbourg en date du 15 octobre 2018 vers 18h. Premier réflexe dès lors, couper les 16 arbres isolés considérés comme « à enjeux » pour les chauves-souris. Ainsi, à 18h 30 ce 15 octobre SANEF a fait marcher les tronçonneuses dans la forêt.

Tiens donc ! une délibération du conseil municipal à 18h, et à 18h30, elle est déjà appliquée, les premiers arbres sont touchés ! Pas de publication de la délibération ? et l’acte de cession ? (rédigé à l’avance ?) … il y a des fois où l’administration réagit bien vite ! (beaucoup mois vite par contre quand on lui demande la transmission de certains documents pourtant accessibles au public)

Pourquoi une telle précipitation ? Cela leur « libère » une 2e zone à déboiser (pour laquelle les coupes sont autorisées jusqu’à fin février). OR, cette seconde zone reste prise en sandwich entre les deux zones à enjeux environnementaux.
Couper aujourd’hui c’est appliquer la politique des terres brulées. C’est ce que Stéphane Giraud, directeur d’ALsace Nature a tenté d’expliquer à SANEF lors de la visite du site lundi apm. (cf video)


Lundi 22/10/18

Voir l’article de France 3 Alsace : ICI

Mardi 23/10/18

Voir l’article des DNA : ICI

Mercredi 24/10/18