[Presse] Après l’inauguration de la cabane #5

Le Collectif GCO Non merci, dans les médias ces derniers jours :

Ecoutez France Bleu Alsace sur le parc du château de Kolbsheim.

Regardez France 3 Alsace pour visionner les images de l’inauguration de la cabane #5 à Pfettisheim samedi 30 janvier.

Sur le même sujet, lisez l’article des DNA.

Extraits (pour les non-abonnés) :

“Luc Huber, maire délégué de Pfettisheim a rappelé l’opposition du collectif à cet équipement « inutile » avant de parodier le « US go home » d’un « Vinci Geh Heim ». En regrettant que ni le texte de la concession ni le cahier des charges ne soient connus, ce qui ne facilite pas l’introduction d’un recours.

Le président régional d’Alsace Nature, Daniel Reininger, qui inaugurait pour la première fois une cabane, a marqué son « indignation devant le double langage de ceux qui défendent des principes et soutiennent des projets de ce type ». L’adjoint au maire de Strasbourg, Alain Jund (EELV) a renchéri en dénonçant ce « grand écart » et a invité à se rassembler « dès le premier coup de pelle ».

François Giordani, pour les usagers des transports a incité à développer « plutôt les transports collectifs plus utiles ». Dominique Daul, président de la FDSEA du secteur et agriculteur à Pfettisheim, a rappelé l’impact de la suppression de 300 hectares ». Après avoir été interpellé sur l’absence jusqu’ici des agriculteurs, il a précisé que « le monde agricole a toujours été d’accord sur le fond ».

Luc Huber a déjà indiqué plusieurs rendez-vous (dates à confirmer) : 21 février, marche entre Vendenheim et Pfettisheim, puis en mars et mai, inauguration de cabanes à Stutzheim-Offenheim et à Griesheim-sur-Souffel. Bref, le combat continue.”

Lisez Sur Reporterre un sujets sur “les 10 casseroles de Vinci”.

Extrait sur le GCO :

« À Strasbourg, tout le monde sait que le grand contournement Ouest est inutile », lance Marie Marty, secrétaire régionale d’Alsace nature. Tellement inutile que ce grand projet, censé désengorger le trafic routier de l’autoroute A 35, a été abandonné en juin 2012. Motif invoqué, Vinci aurait eu du mal à boucler le financement. De plus, à l’époque, les élus socialistes ont pris position contre le projet.

Mais, dès la rentrée 2012, la Chambre de commerce et d’industrie du Bas-Rhin est partie en croisade pour ressusciter le “contournement”, avec par exemple la création d’un blog au titre pas franchement équivoque : GCO 2016, tous gagnants. Fin 2013, le projet est ressorti des placards, dans une version un peu édulcorée : deux fois deux voies au lieu de trois dans sa version initiale. Et en octobre 2015, le gouvernement Valls – dont le conseiller aux transports, Loïc Rocard, est un ancien de Vinci – a choisi… Vinci.

Les opposants n’en reviennent pas. « Sans parler des dégâts environnementaux ou des dépenses inutiles, l’opacité qui entoure le projet est anormale. Par exemple, le contrat de concession qui lie Vinci à la communauté urbaine de Strasbourg est top secret. »

Étiquettes: