Face à ARCOS-SOCOS et l’Etat, opposons-leurs notre sans-froid et restons mobilisés !

Nous devons collectivement aider les habitant.e.s de la zad.

ARCOS-SOCOS mettent la pression, notamment sur les habitant.e.s de la zad. Aujourd’hui encore (vendredi 29 juin), ils ont mandaté des techniciens en hydrométrie, accompagnés de gendarmes, pour tenter d’aller sur la zone afin de prendre des mesures et des photos. Après négociation, ils sont repartis sans avoir fait ceux pourquoi ils étaient venus faire. Il leur a été opposé le fait que depuis mercredi, avec l’avis défavorable de la commission d’enquête publique, la donne avait changé.

AIDER LA ZAD ET OUVRIR L’OEIL !

Depuis la décision prononcée le 20 juin dernier par le tribunal administratif de Strasbourg, d’autoriser l’évacuation de la zone d’occupation du Moulin à Kolbsheim, les habitant.e.s de la zad d’un côté, ont augmenté leur niveau de vigilance et de l’autre, subissent des tensions avec la présence de gendarmes à répétition, accompagnants ou non des prestataires mandatés par ARCOS-SOCOS. Nous devons collectivement aider les habitant.e.s de la zad. Il est important que chacun s’organise pour donner de son temps à venir renforcer la présence sur les lieux. Il n’y a pas de petite ou grande aide. Chacun donne en fonction du temps qu’il peut contribuer : 1, 2, 3 heures, une demi-journée, une journée, plusieurs jours. Tenir et aider sur le terrain, c’est aussi nous donner plus de temps pour les recours juridiques en cours.
Ailleurs sur l’emprise du projet, nous appelons les villageois.e.s à ouvrir l’oeil et signaler tout ce qui pourrait leur parraitre suspect comme le regroupement de machines par exemple. Nous sommes entrée dans une phase où se mobiliser a encore du sens plus qu’à d’autres moments récents.

sacrifice

L’ETAT PASSERA-T-IL EN FORCE ?

Aujourd’hui, avec le 4e avis négatif, après ceux du CNPN et de l’Autorité environnementale, l’État ne plus faire sans les ignorer. Nous sommes légitimes dans nos actions. MOBILISEZ-VOUS ! Ensemble, nous sommes plus forts !

Étiquettes: