[COMMUNIQUE] Prorogation de la Déclaration d’Utilité Publique : l’Etat s’entête et passe outre l’avis du CNPN

Communiqué de presse
Mercredi 23 janvier 2018

Prorogation de la Déclaration d’Utilité Publique :
l’Etat s’entête et passe outre l’avis du CNPN

Le décret de prorogation de la Déclaration d’Utilité Publique relative au projet de Grand Contournement Ouest a été publié ce mardi 23 janvier 2018. voir texte ICI

Ce n’est pas une surprise, car cela avait été prévu dans le contrat de concession avec Vinci.

Malgré tout, compte tenu des difficultés que rencontre Vinci à boucler le volet environnement et compte tenu des enjeux beaucoup plus cruciaux aujourd’hui qu’il y a 10 ans, il est étonnant que la DUP soit prorogée sans autre considération.

L’Etat a quand même manqué une occasion de se situer dans une autre logique que celle du siècle passé et aurait pu poursuivre dans la logique amorcée avec Notre Dame des Landes.

D’autant plus que, dans un communiqué publié ce matin par le Ministère de l’Ecologie, l’Etat annonce qu’il délivrera les autorisations environnementales, sans même préciser quel a été le deuxième avis du Conseil National de Protection de la Nature sur le dossier (avis délivré le 15 décembre dernier mais non encore publié).

L’Etat montre ainsi que le dossier Notre Dame des Landes n’était pas un revirement politique mais un marchandage.

Si les projets sont inadaptés, il faut avoir le courage de les arrêter !

Les avis des experts scientifiques ont montré clairement que Vinci n’était pas en mesure de compenser de manière satisfaisante les impacts environnementaux. L’Etat a décidé de passer outre et démontre ainsi la vacuité des procédures de consultation des populations comme de ses propres institutions consultatives (CNPN). Nous sommes en présence d’un total mépris de la démocratie et des exigences du traité de Aarhus. Les procédures qui s’imposent ne servent qu’à amuser la galerie !

Ce n’est pas ainsi qu’il regagnera la confiance des citoyens et cette attitude légitime d’autant plus le combat du collectif.

Le collectif GCO NON MERCI prend acte de cette décision mais continuera à se mobiliser sur le terrain et sur le volet juridique.

Étiquettes: