Le collectif demande un moratoire au Président de la République et annonce une grève de la faim en cas de refus

COURRIER adressé à Emmanuel Macron par le collectif GCO NON MERCI

 

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55 rue du Faubourg Saint-Honoré
75008  Paris

 

Strasbourg le 12 octobre 2018,

 

Objet : Moratoire Autoroute de Contournement Ouest de Strasbourg – Grève de la faim

Pièce jointe : Note adressée au Ministre de la Transition Écologique et Solidaire le 09/09/2018

 

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

Au moment où le GIEC appelle à des « transformations sans précédent » pour limiter le réchauffement climatique, que dans son nouveau rapport, il souligne à plusieurs reprises la nécessité de réduire drastiquement la demande en énergie des bâtiments, de l’industrie et des transports, est-il encore pensable de poursuivre la construction d’une infrastructure relevant d’une conception des déplacements routiers datant du siècle dernier ?

Alors que les conclusions du Grenelle des Mobilités seront rendues le 29 octobre prochain à Strasbourg, sans qu’aucun échange approfondi n’ait eu lieu concernant les alternatives au projet, le Collectif GCO Non Merci demande une nouvelle fois aux autorités publiques un moratoire pendant lequel pourrait être mise place une commission de médiation permettant une remise à plat du dossier. L’absolue urgence climatique justifie cette demande de moratoire car le projet de GCO va absolument à contre sens par rapport aux transformations radicales demandées par les scientifiques.

En outre, ce temps d’expertise donnerait également le temps de purger un certain nombre de contentieux pendants devant diverses instances judiciaires et administratives.

Le Collectif estime qu’il faut arrêter ce projet climaticide au regard des enjeux suivants :

  • Incohérence constatée entre le discours du Président de la République et les actions du Gouvernement :  favoriser le transit routier de poids lourds à travers l’Europe est en contradiction totale avec les engagements de la France dans le cadre de la COP 21 (Accord de Paris).
  • Impossibilité de compensation réelle des impacts environnementaux établis par les instances consultatives dans leurs rapports, notamment sur les aspects GES (non pris en compte) et les milieux forestiers détruits.
  • Décisions des Collectivités constamment reportées pour une mise en place effective de transports du 21ième siècle développant une mobilité durable au sein du sillon rhénan dans et à proximité de Strasbourg. Les propositions actuelles des collectivités sont bien en-deçà des enjeux et les financements sont loin d’être assurés.
  • Aucune prise en compte des impacts sur la santé publique en contradiction avec l’injonction de l’UE.

En conséquence, les enjeux évoqués voudraient que le choix soit celui de l’examen sérieux et approfondi de l’ensemble de ceux-ci, l’emportant au nom de l’intérêt public face à d’éventuelles pénalités financières en cas de rupture de contrats.

Sur le terrain, malgré la période de très forte tension qui vient de se dérouler, l’opposition au projet reste toujours aussi active et les opposants toujours mobilisés. Face à cette détermination, l’obstination à vouloir poursuivre ce projet coûte que coûte est vécue comme du mépris et provoque une totale incompréhension.

Devant le triple déni écologique, démocratique et de justice auquel sont confrontés les citoyennes et citoyens opposés au projet autoroutier du Contournement Ouest de Strasbourg, le Collectif se voit contraint d’utiliser un mode d’action radical et non violent et de vous confirmer solennellement son intention d’entamer une grève de la faim si aucune réponse satisfaisante n’était apportée à notre demande d’ici le 22 octobre 2018.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre respectueuse considération.

 

Le Collectif GCO Non Merci

 

Ce courrier a été adressé à Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre et à Monsieur le Ministre de la transition écologique et solidaire.