La prédiction des opposants au GCO se réalise avant même que le projet ne soit fini : l’Alsace se transforme de plus ne plus en une grande plateforme logistique routière, où les camions de toute l’Europe arrivent et repartent, ne laissant sur place que leur pollution, bouchons, et des plaines de macadam.