Organisons la résistance des terres !

Mardi 13 juin, madame Barth et son frère, résidant à Ittenheim, étaient convoqués par un huissier mandaté par le Tribunal Administratif de Strasbourg dans un bras de fer engagé avec ARCOS/VINCI sur l’accès d’une parcelle dont ils sont propriétaires pour les fouilles archéologiques préventives qu’ils ont refusé.

Par solidarité, un appel à soutien a été lancé au sein du collectif GCO NON MERCI. Mardi, une quarantaine de personnes se sont rassemblées devant la mairie d’Ittenheim à 8h30. Madame Barth présente, a rappelé les enjeux qui l’opposent avec son frère à ARCOS-VINCI et des pressions qu’ils subissent.
Une trentaine de personnes l’ont ensuite accompagné sur la parcelle incriminée où l’huissier ainsi que le maire de la commune les attendaient pour 9 heures. La surprise était qu’elle ne soit pas seule !
Un échange a eu lieu avec l’huissier. Il lui a été signifié une nouvelle fois le refus d’accès à la parcelle, de faire constater qu’elle était exploitée et certifiée en bio puis, d’évoquer les incohérences dans la procédure et les pressions subites. Sous l’œil de la gendarmerie, l’ambiance a été correcte.

Le soutien fort et ferme des associations représentées et des citoyens à l’encontre de la famille Barth doit encourager d’autres propriétaires à ne pas se laisser abuser et tromper. Vous avez le droit de dire non à SOCOS-ARCOS-VINCI. Vous ne serez pas seul(e)s. Rapprochez-vous du collectif et/ou du service juridique d’Alsace Nature (1).

Retour sur le contexte :

Annie et Michel Barth sont des propriétaires exploitants eux-mêmes en AB référencée et certifiée (en Bio). Sur la parcelle située dans la section 1 du tracé du projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO) en phase avant les travaux théoriques fins 2017-début 2018, se trouve du blé et du pois fourragers pour l’alimentation animale.
La famille Barth, propriétaire exploitant ont refusé l’accès à cette parcelle pour un diagnostic d’archéologie préventive en février 2017. Ils ont refusé la signature d’une convention d’occupation temporaire et l’état des lieux de gré à gré n’a donc pas été possible. Il a pourtant été imposé par ordonnance du tribunal administratif sur demande d’ARCOS-VINCI avec désignation d’un expert.

La convocation de l’huissier mardi 13 juin était pour confirmer qu’Annie et Louis Barth étaient bien les propriétaires de la parcelle dont ils refusent l’accès à ARCOS-VINCI. Le tribunal statuera début juillet.

Collusion Etat, Chambre d’Agriculture et VINCI

Ce bras de fer engagé ici et dont les médias n’en font pas cas, doit encourager d’autres propriétaires à se faire connaitre pour organiser la résistance des terres.
Beaucoup de confusion sur les différentes phases s’est installée pour les propriétaires opposés au projet (mais aussi aux autres), car la très grande partie des terres concernées sont des terres agricoles. On assiste pour un très grand nombre d’accords à donner à une substitution pour donner réponse entre les exploitants et les propriétaires.
Ceci est très largement organisé par la Chambre d’Agriculture dans le cadre d’un protocole d’accord avec ARCOS-VINCI très opaque au nom des Organisations Professionnelles Agricoles qui n’en pas eut réellement toute connaissance.
Tout ceci en lien également avec le service d’aménagement foncier du Conseil départemental du Bas-Rhin pour les opérations d’aménagement foncier agricole et forestier.
Double, voire triple langage sur la réelle opposition surtout de la FDSEA au nom du choix d’éviter la double peine (On est contre, mais on négocie au cas où …).

Organisons la résistance des terres !

L’Etat des lieux des parcelles pourrait éventuellement servir le début de la phase de fixation des indemnités d’expropriation parallèlement à la parution des arrêtés de cessibilité qui a commencé. Dans ce dossier, au lieu de faire paraitre les arrêtés sur l’ensemble du tracé, la préfecture les sorts par secteur (pourquoi, comment ? mystère !). Actuellement, seuls sont parus les arrêtés pour les communes de Duppigheim, Dutllenheim et Ittenheim. Il est donc important aux propriétaires d’agir. Et quoi qu’on vous raconte, vous pouvez encore vous opposer à la cessation de vos terres.

Dès la parution des arrêtés de cessibilité par secteur, chaque propriétaire identifié et impacté doit recevoir un courrier en recommandé. Dans ce cas, il/elle a deux mois pour engager un recours devant le Tribunal administratif. Faites-le, vous ne serez pas seul ! Dans tous les cas, rapprochez-vous de nous et organisons la résistance des terres !

(1) Contact Alsace Nature : siegeregion@alsacenature.org
ou Michel Dupont qui suit le dossier au 06 70 04 91 14 / michel.dupont67@orange.fr


soutien famille Barth 20170613_085059
Notre-Dame-des-Landes, projet A45, GCO ont tous comme dénominateur commun VNCI

soutien à la famille Barth d'Ittenheim
Annie Barth (pochette verte) explique le contexte à l’huissier. S’opposer à donner ses terres à Vinci est possible !

PARTAGERShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+1Email this to someone