Pollution en baisse, le GCO n’y est pour rien et pourtant…

Constaté en Chine ou encore dans le nord de l’Italie, le ralentissement de l’activité humaine due aux mesures prises pour contenir l’épidémie du covid-19, permet une baisse significative de la pollution.

A Strasbourg, pas de quoi se réjouir au regard des circonstances. L’amélioration de la qualité de l’air, nous rappelle la responsabilité du trafic routier dans la pollution de l’air en ville.
Cette réduction est provisoire. Elle donne raison à celles et ceux qui pointent du doigt l’activité humaine dans la pollution ambiante. Ses effets risquent d’être rapidement annulés une fois la crise passée…

Alors à la fin du confinement, on fait quoi ?

➡️ On reprend comme avant ? ⛔️
Ou,
➡️ on continue à écouter les scientifiques et à protéger la santé des strasbourgeois et habitants de l’Eurométropole, notamment ceux proches de l’actuelle A35 ?

Notre première pensée à un changement utile, serait d’arrêter le GCO. Une utopie aux regards de l’avancement des travaux, mais une réalité pas tout à fait dénuer d’espoir au regard des recours non jugés à ce jour. De rappeler que le contournement Ouest de Strasbourg n’a pas vocation à régler les problématiques pour lesquelles les élus favorables au projet l’ont vendu (bouchons / pollution). Ils ont beau avoir un discours à prétendre que, mais la vraie raison de l’autoroute est de favoriser la circulation des marchandises entre le nord Europe et le sud. De transformer la plaine d’Alsace en couloir à camion et donc d’augmenter la pollution due aux particules fines. Une pollution responsable de 48 000 morts par an en France.

Travailler à un changement utile, c’est de continuer à amplifier le mouvement pour le climat et forcer nos dirigeants politiques à mettre en oeuvre une vraie politique écologique et sociale et d’arrêter les blablas. La crise sanitaire due au covid-19, ne doit plus leur permettre de continuer à tenir des discours d’intentions déconnectés d’une réalité du terrain.
Programmons et rendons possible une sortie du diesel, de l’essence et du tout-voiture. Une action nécessaire, mais qui doit s’organiser de manière à ne pas pénaliser les plus faibles.
Instaurons une écotaxe, nécessaire à faire payer ceux qui contribuent à la pollution et aussi pour les obliger à réfléchir sur les actions à mettre en oeuvre pour réduire les flux liés aux commerces et industries. Une écotaxe pouvant servir à financer les alternatives au tout-voiture.

“Le confinement mardi 17 mars, puis la pluie le samedi suivant ont fait chuter la pollution à des niveaux historiquement bas à Strasbourg.” […] – Rue89Strasbourg

Pendant le confinement, la pollution de l’air à des niveaux historiquement bas