Mercredi j’peux pas, RdV devant la CCI

Quand :
juin 13, 2018 @ 17 h 00 min – 19 h 00 min
2018-06-13T17:00:00+02:00
2018-06-13T19:00:00+02:00
Où :
CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin
Place Gutenberg
67000 Strasbourg
France
CCI

Nous ne pouvons pas admettre voir la parole citoyenne confisquée. Nous sommes contre le déni de démocratie. Pour un avenir sans GCO !

Depuis le 16 mai, des militant.e.s anti-GCO poursuivent une mobilisation entamée tous les mercredis depuis le 24 janvier 2018, initialement devant la préfecture, devant la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), place Gutenberg à Strasbourg.

Mercredi 20 juin, toujours mobilisés…

ils renouvellent l’action, même heure, place Gutenberg, sous les fenêtres de « l’adoré » Jean-Luc Heimburger, président de la CCI, fervent défenseur d’une autoroute à péage offert à Vinci. L’opération sera renouvelée tout le mois de juin.

L’ACTU de la décision du tribunal sera discuter… et sinon, au programme :

Comme pour les précédents rassemblement : “ramènes de la joie, de la bonne humeur et ta détermination, … pour le reste, on avisera sur place.”


POUR RAPPEL :

Mardi 23 janvier 2018, le gouvernement a décidé de proroger la demande d’utilité publique (DUP) du GCO jusqu’en 2026. Dans un communiqué, il annonce vouloir donner son feu vert à VINCI, passant outre le deuxième avis négatif –le troisième, si on ajoute celui donné au dossier SANEF– du Conseil national de la protection de la nature (CNPN) rendu bizarrement publique le lendemain mercredi 24 janvier et avant même de connaitre l’avis de la commission d’enquête publique loi sur l’eau, enquête publique qui n’a pas encore eu lieu.Notre communiqué ici et ici ; Notre tribune « encore temps de renoncer » à lire là et surtout, ce qu’on considère comme un nouveau scandale d’Etat à lire ici.

Le 21 février dernier, l’Autorité environnementale a rendu un avis sévère sur le dossier, réclame une réactualisation des informations. Un nouveau camouflet pour le GCO.

Juridiquement, plusieurs recours juridiques et européens sont en cours ou à venir.

Quoi que disent les porteurs du projet, aujourd’hui, Vinci n’a pas les autorisations pour démarrer les véritables travaux. Rien n’est définitivement plié. Nous ne pouvons pas admettre le déni de démocratie que tentent de nous imposer certains.

NOTRE APPEL :

GCO : pour le respect de ses engagements par l’Etat – Appel à signature