Le collectif GCO NON MERCI interroge les candidats aux élections européennes.

Le collectif a envoyé un courrier aux candidats aux élections européennes en leur demandant de se positionner sur le Grand Contournement Ouest de Strasbourg et de répondre à 4 questions relatives à la question des déplacements en plaine du Rhin supérieur. (Les réponses seront publiées sur notre site très prochainement). Voici le courrier adressé aux candidats : (et les réponses reçues en bas de l’article)

Questions aux candidats aux élections européennes
Mai 2019

La question des transports à l’échelle européenne constitue un enjeu extrêmement important, notamment du point de vue environnemental. La libéralisation des moyens de transport décidée à la fin des années 1980 a conduit à une augmentation considérable des circulations, notamment les transports de marchandises, en générant encombrements, pollutions et dégradation de la biodiversité. Pour tenter de répondre à ces problèmes, la stratégie de l’UE pour 2050 vise notamment à faire en sorte que  50 % du transport routier de passagers et de fret sur moyenne distance s’effectue par voie ferrée et par voie navigable. Ce qui n’empêche pas par ailleurs l’UE à continuer à financer des infrastructures autoroutières s’insérant dans des réseaux à longue distance.

Compte tenu de ces éléments, nous vous remercions de bien vouloir répondre aux questions suivantes :

question 1 : Considérez-vous que le projet de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO), dont l’objectif affiché est de capter le trafic poids lourds de transit nord-sud européen, est cohérent avec les enjeux écologiques actuels ?

                                         OUI                                                                      NON

                                        Commentaires :

Question 2 : Plusieurs contentieux contre les autorisations ministérielles et préfectorales autorisant les travaux du GCO sont encore pendants devant les juridictions françaises. Le démarrage des travaux, sans attendre ces jugements, va de fait à l’encontre du droit au recours effectif et vide les procédures juridiques de leur substance. Comptez-vous agir en tant que député européen en faveur de ce droit au recours effectif, par exemple en soutenant un moratoire concernant la réalisation du GCO ?

                                        OUI                                                                      NON

                                        Commentaires :

Question 3 : La réalisation du GCO créera inévitablement un effet d’aspiration pour un trafic poids lourds de transit (coût du péage nettement moins élevé que la LKW Maut côté allemand) et incitera fortement à la jonction du réseau autoroutier alsacien avec le réseau allemand au droit de la Lauter. Allez-vous vous engager à agir pour éviter que l’Alsace ne devienne un couloir à camions pour un trafic de transit, avec toutes les conséquences négatives locales, mais aussi à grande échelle ?

                                       OUI                                                                      NON

                                        Commentaires :

Question 4 : L’une des mesures pour répondre à la nécessaire réduction du trafic automobile (stratégie 2050 de l’UE) consisterait à mettre rapidement en place une taxe sur les poids lourds (éco-redevance). Cette mesure, nécessaire au niveau européen (où elle est en discussion depuis mai 2017) devrait pouvoir être mise en place en Alsace avant l’éventuelle mise en service du GCO. Allez-vous vous engager en faveur d’une telle taxe à l’échelle européenne, et surtout, inciter les autorités françaises à la mettre en œuvre rapidement en Alsace ?

                                       OUI                                                                      NON

                                        Commentaires :

Réponses reçues à notre courrier (publiées dans l’ordre d’arrivée des réponses)

  • Réponses de Dany Karcher, candidat sur la liste EELV (et maire de Kolbsheim) :

question 1 sur “le GCO cohérent avec les enjeux écologiques actuels ?” : NON “on ne résoudra pas les problèmes en multipliant les sources qui les ont générés. Le GCO est climaticide !

question 2 sur le recours effectif et le moratoire : OUI ” trois fois oui ! J’ai déjà demandé ce moratoire en tant que maire !

question 3 sur “Alsace couloir à camions”: OUI “encore trois fois oui ! Mon conseil municipal a déjà voté (à l’unanimité) une motion dans ce sens !

question 4 sur la mise en place d’une taxe poids lourds : “encore trois fois oui ! Mon conseil municipal a déjà voté (à l’unanimité) une motion dans ce sens ! “

A noter que les têtes de liste n’ont pas tous répondu directement à notre courrier.

Toutefois, Yannick Jadot et de nombreux élus d’EELV au parlement européen ont soutenu le combat contre le GCO depuis le début : José Bové, Karima Delli, Michèle Rivasi etc .. sont venus plusieurs fois à Kolbsheim et à Vendenheim, et ont invité les grévistes de la faim au parlement en novembre 2018. Les élus locaux EELV ont toujours participé aux actions contre le GCO. M. Jadot a pris position récemment position contre le GCO lors de différents interview.

  • Réponses de Dominique Bourg, candidat sur la liste “Urgence Ecologie”

Nous sommes résolument contre le GCO et appuyons sans réserves votre combat.” Cordialement. D Bourg

A noter que M. Bourg était venu faire une conférence à Kolbsheim et soutient depuis longtemps la lutte contre ce projet.


  • Réponses du Mouvement pour l’Initiative Citoyenne

Nous n’avons qu’une seule revendication le RIC ETM au plan national et européen . Nous n’avons donc pas de position sur ce projet ni sur d’autres.

Nous voulons ” simplement” que ceux qui – comme vous – ont des problèmes avec le pouvoir en place , à quelques niveaux que ce soit puisse en appeler à l’arbitrage de la population concernée.

J’espère que c’est votre cas ; alors aller inscrire votre collectif sur www.clic-ric.org  et on en reparle après les élections européennes.”

Yvan Bachaud porte paroles du MIC

  • Réponses de Nicolas Dupont Aignan, tête de liste de “Debout la France”

Nicolas Dupont Aignan répond dans une longue lettre qu’il est opposé au GCO et soutient les personnes qui se battent contre le projet.

question 1 sur “le GCO cohérent avec les enjeux écologiques actuels ?” :

questions 2, 3 et 4 :

  • Réponses du Parti pirate

“Je ne sais pas si vous avez déjà pris connaissance de notre position sur le GCO, je la renvoie au cas où : https://alsace.partipirate.org/2018/12/20/position-du-parti-pirate-sur-le-gco/

On a voté ce soutien au niveau national du Parti Pirate, évidemment on vous soutient contre le GCO…”

et pour les 4 questions, une réponse plus précise devrait suivre

 

  • Réponses du Parti Fédéraliste Européen

Objectif Euro Région Alsace en fait partie. Nous avons 6 candidats d’Objectif Euro Région Alsace et nous sommes 9 alsaciens sur la liste du PFE.

Nous sommes pour une région Alsace qui réponde avec ses citoyens, aux enjeux globaux du climat  et qui place l’environnement au cœur des questions de la mobilité, de l’énergie et de l’habitat. Nous défendons un ferroutage européen et un réseau de transport régional propre évitant ainsi les projets couteux et désastreux pour l’environnement.

question 1 “le GCO cohérent avec les enjeux écologiques actuels ?” : NON  

Le GCO impacte lourdement la qualité de l’air, qui au regard des différences de pressions atmosphériques et de l’enclavement est-ouest est un enjeu majeur de santé publique. Les normes européennes étant dépassées notamment les particules fines< PM10, les benzènes, le plomb et les oxydes d’azote. Les pollutions sont essentiellement présentes dans des sites urbanisés.

La destruction de terre à vocation agricole pose un autre problème. Réduction de terres très fertiles du Kocherberg. Mise en danger du Hamster d’Alsace dont une expérimentation de réintroduction est mise en place. C’est une véritable cicatrice, plaie ouverte que nous voyons en vue aérienne. Nous sommes très choqués.

Le GCO ne répond en rien à la problématique des bouchons de L’A35 comme certains l’aiment à croire. Nous sommes pour une réflexion basée nous semble-t-il sur une étude allemande d’un cabinet d’expert, qui préconisait des transversales est -ouest pour fluidifier le trafic et éviter l’effet venturi ( aspiration) sur l’A35.

En effet, le GCO va créer un appel d’air du trafic routier européen.

question 2 sur le recours effectif et le moratoire :   OUI              

Nous soutenons fermement toutes procédures qui visent à stopper ce projet ou tout autre projet de ce type. En effet, on ne peut pas débuter des travaux de terrassement et d’abattages d’arbres sans attendre les décisions de justice. Nous sommes pour faire payer une amende substantielle pour éviter ce genre de pratique et mettre les acteurs devant le fait accompli. Le quitus des travaux devant être validés et approuvés une fois que tous les recours sont épuisés. Auquel cas , on peut se poser la question, A quoi servent ces recours ?

question 3 sur “Alsace couloir à camions”:  OUI                                                 

Nous soutenons une véritable politique européenne des transports à l’échelle européenne, en installant des taxes fixées par l’Europe mais perçues par les régions, pour mettre en œuvre de façon autonome une politique adaptée.

Un référendum à l’échelle de l’Alsace serait cohérent en tant que territoire impacté. Un référendum précédé d’un débat argumenté ou tous les enjeux et solutions seraient abordés.

Ce référendum pourrait être un tremplin de la question des transports en Alsace dont l’objectif serait d’avoir une politique cohérente au sein de l’Europe et notamment dans les zones transfrontalières.

Lancer une zone à juridiction mixte comme l’aéroport de Bâle pour avoir une politique des transports en zones transfrontalières

question 4 sur la mise en place d’une taxe poids lourds : OUI             

Oui, mais pas suffisant. Nous sommes pour une mixité des transports en favorisant les transports collectifs : Ferroutage à l’échelle européenne, Développement des capacités des ports rhénans et simplification des réglementations du frêt en zone frontalières.

Nous souhaitons expérimenter et favoriser la multimodalités en fonctions des flux automobiles les plus importants :                                                                Favoriser le transport collectif propre de petite unité électrique ou solaire.   Elargir les zones de covoiturage. En finir avec le concept de voiture individualisé ( avec 1 occupant).

Tout cela n’est possible que si nous sortons du Grand Est avec des compétences augmentées en matière environnementale notamment, avec un budget important alloué. 

  • Réponses de Jean-Marie Brom, candidat pour la liste de la France Insoumise

 – On est venus avec Mathilde Panot (députée) planter des arbres en janvier,
  – On est venus (Gabriel Amard et moi, candidats) sur Kolbsheim pour planter des arbres, rencontrer les acteurs (à la mairie de Kolbsheim)
   – On a organisé un “Atelier des directives européennes” sur les travaux inutiles à Kolbsheim le même jour…
 Et la France Insoumise a été de tous les rassemblements…
Donc, vous pouvez en conclure que nous sommes opposés au GCO…

Question 1 “le GCO cohérent avec les enjeux écologiques actuels ?” :

NON, Bien sur. “Nous considérons que la problématique du trafic poids lourds dans l’espace européen est une conséquence directe de la politique – purement économique – de l’UE :
        libéralisation des marchés, et “concurrence libre et non faussée”
        Politique uniquement axée sur l’économie marchande, sans aucune réflexion sur les impacts sociaux et environnementaux que cela représente : une illustration parfaite de ce fait est de voir que les émissions de CO2 (transports) sont reparties à  la hausse en UE…
        Je vous rappelle que la FI exigera de renégocier les traités (en particulier le traité sur le fonctionnement de l’UE  de Lisbonne  2009)…”

question 4 sur la mise en place d’une taxe poids lourds :

A minima, du côté français, ce type de taxe devrait au moins s’étendre sur tous les départements affectés par le trafic PL international ET cela devrait également  s’accompagner de mesures (constructions) permettant le ferroutage international (voir la Suisse)
            – Faire attention : une mesure de taxe (éco-redevance) risque en fait de se porter in fine sur les consommateurs à  travers une augmentation des prix, sans aucun autre changement… : le principe du “pollueur-payeur” peut aussi avoir des côtés pernicieux…

A noter que François Ruffin, député de la FI est venu à plusieurs reprises soutenir la lutte contre le GCO et qu’il a adressé récemment une question écrite à M. De Rugy pour demander d’interrompre le désastre : https://www.dna.fr/actualite/2019/05/02/gco-l-insoumis-francois-ruffin-adresse-une-question-ecrite-au-ministre-francois-de-rugy

  • Réponses de Sophie Dupressoir, candidate sur la liste “Printemps européen”

question 1 sur “le GCO cohérent avec les enjeux écologiques actuels ?” :

NON – “Encourager le transit de longue distance transeuropéen effectué par camion, est contraire aux objectifs d’atteindre une Europe Zéro carbone en 2050 que notre liste soutient. Il encourage un transport routier à longue distance, alors que nous voudrions encourager les circuits courts, et d’une manière générale, la relocalisation des activités productives. Il est contraire aussi aux objectifs de transfert modal de la route vers les modes de transports plus respectueux de l’environnement que nous soutenons, et qui ont été adoptés en 2011 par l’Union européenne dans sa feuille de route « transports 2050 ». Les émissions du secteur du transport sont les seules qui n’ont pas baissé en Europe, La Commission européenne fixe l’objectif de faire baisser de 60 % les émissions de carbone de l’Union liées aux transports d’ici à 2050.

Question 2 sur le recours effectif et le moratoire :

OUI, “comme députée de liste du printemps européen, je soutiendrai, comme je le fais comme militante et citoyenne strasbourgeoise depuis longtemps, un moratoire sur le GCO. La liste du printemps européen s’engage à créer un organe spécialisé rattaché à la Cour Européenne de Justice qui enquêtera et statuera sur les engagements envers le Pacte Climat 2030 et la Directive sur les Plafonds d’Émissions Nationaux. Nous voulons aussi réformer la BEI pour qu’elle ne puisse plus financer un grand projet autoroutier.”

question 3 sur “Alsace couloir à camions”:

OUI, “comme je le fais depuis longtemps en participant aux actions du collectif anti-GCO à Strasbourg.

question 4 sur la mise en place d’une taxe poids lourds :

Oui, “la liste du printemps européen soutient la mise en place d’une fiscalité européenne visant à augmenter les prix du carbone pour aligner l’Union Européenne sur les objectifs de réduction d’émissions. Nous proposons une taxe carbone progressive indexée sur le niveau de développement de chaque pays et de ses émissions. Nous proposerons également une taxe carbone aux frontières qui augmentera le prix des produits à forte empreinte carbone venant de l’extérieur de l’UE, afin d’encourager les entreprises à réduire leur impact climatique tout en restant compétitives. Nous estimons qu’en attendant une taxe européenne, une taxe sur les poids lourds doit être mise en place de manière urgente en Alsace, pour éviter la concurrence avec la Kmaut allemande, qui serait dans tous les cas moins élevée que le tarif du GCO.