GCO et Château de Kolbsheim : plusieurs personnalités adressent une lettre ouverte à la Ministre de la culture

 

A Madame Audrey Azoulay. Ministre de la Culture et de la Communication

 

Madame la Ministre ,

Le 31 janvier 2016, le Ministère de l’Économie et des Finances a finalement donné son agrément à la société Vinci pour la mise à exécution du projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO). Cette regrettable décision a une dramatique conséquence, celle d’entrainer la destruction irrémédiable d’un ensemble naturel et patrimonial exceptionnel.

A 15 km à l’ouest de Strasbourg, dans le Bas-Rhin, entre les villages de Kolbsheim et Ernolsheim, le long du canal de la Bruche qui servit à l’acheminement du grès des Vosges pour l’édification des fortifications de Vauban (UNESCO), s’étend sur 30 hectares l’un des plus remarquables jardins d’Alsace, formé de parterres à la françaises, de terrasses à l’italienne et d’un parc à l’anglaise qui finit par s’éteindre dans un petit bois. Magnifiquement entretenu par ses propriétaires, la famille Grunelius, depuis quatre générations, ouvert au public sept mois par an, il attire de nombreux visiteurs à l’occasion notamment des Journées Européennes du Patrimoine et des opérations « Rendez-vous au jardin ». Il bénéficie depuis 1972 d’une première inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques (ISMH), étendue depuis 2006 à l’ensemble des jardins et du parc, et s’est vu décerner en 2004 le label « Jardin Remarquable ». C’est cependant ce lieu exceptionnel, dont l’excellence et le grand intérêt avaient à juste titre été reconnus et promus par le Ministère de la Culture, qui est aujourd’hui condamné par un projet d’autoroute à quatre voies, traversant le parc en aérien sous la forme d’un viaduc de dix mètres de hauteur.

Il s’agit pourtant d’un lieu historique majeur, dépendant du château de Kolbsheim, lui-même inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1972. Cette élégante demeure baroque édifiée à l’aube du XVIIIe siècle pour un général de Louis XIV, connut nombre d’occupants célèbres à commencer par Jean-Georges Humann, député, ministre des finances de Louis-Philippe et pair de France, qui acquiert la propriété en 1824.

Kolbsheim fut en outre l’hôte de prestigieux visiteurs occasionnels ou réguliers qui le firent rayonner comme un centre intellectuel de premier ordre ajoutant encore à l’importance architecturale du site. On peut ainsi citer, entre autres, les écrivains Jean Cocteau, Jean Schlumberger, Antonia White; le peintre Georges Rouault ou le sculpteur Philippe Kaeppelin dont une œuvre décore l’un des parterres ; les compositeurs et musiciens Sergueï Prokofiev, Francis Poulenc, Igor Stravinsky, Henri Sauguet, Paul Hindemith, Claudio Arrau, et Nicolas Nabokov.

Le philosophe Jacques Maritain, ancien ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, fut l’invité permanent de la famille Grunelius pendant la moitié de sa vie, et produisit à Kolbsheim une partie de son œuvre. Il repose avec son épouse Raïssa au cimetière du village. Le Centre d’Etude Jacques Maritain enfin, internationalement reconnu, a été installé depuis, dans les anciennes écuries du château.

Kolbsheim est ainsi un de ces rares lieux qui concentrent en lui toutes les dimensions du patrimoine : architecture, paysage, arts vivants, foyer intellectuel et spirituel. Un lieu où, pour paraphraser Maritain, « on est à la fois dans le monde et hors du monde », offrant un point de vue spectaculaire et inattendu sur toute la plaine d’Alsace. Un lieu rare, accolé à un village discret, qui par la présence séculaire et harmonieuse des communautés juive, catholique et protestante témoigne de l’harmonie et de l’intelligence d’âme qui l’habite encore.

Kolbsheim, c’est également un patrimoine naturel fragile, une poche de résistance verte face à l’urbanisation envahissante qui a caractérisé les dernières décennies, un lieu de ressourcement indispensable pour nombre de strasbourgeois et de visiteurs.

Que voudrait dire dans ce contexte la construction au beau milieu du Ried de la Bruche d’un viaduc à quatre voies, perché à dix mètres de hauteur, éventrant un parc et son biotope pour laisser passer entre 30 et 40 000 véhicules par jour ?

Comment comprendre que l’Etat autorise d’une main la destruction de ce qu’il s’est engagé à protéger de l’autre ? A quoi s’en trouvent réduites une inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques et une labellisation « Jardin Remarquable » quand ce que l’on protège est saccagé?

Quel signal enfin cela donne-t-il de construire ici une autoroute à un moment où l’écologie est enfin comprise comme un enjeu prioritaire du développement de nos sociétés ?

Et quelle colère cela laissera-t-il aux générations qui grandiront ou passeront par là et que nous aurons ainsi privées de la magie à jamais perdue d’un site dont la beauté a inspiré, nourri et fait rêver tant de gens, connus ou anonymes, réunis par l’envoûtement d’un lieu rare qu’on avait su préserver ?

Recevez , Madame la Ministre , l’expression de notre respectueuse considération.

Le 16 septembre 2016

 

-Charlotte de Turckheim .Comédienne ,réalisatrice

-Alexandre Gady .Professeur d’histoire de l’architecture moderne à l’université de Paris 4 Sorbonne .Président de la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de France.

-Olivier de Rohan. Président de la Sauvegarde de l’Art Français.

-Stéphane Bern. Journaliste , écrivain.

-José Bové .Député européen.

-Adrien Goetz. Ecrivain, maître de conférences à l’université Paris4 Sorbonne

-Guillaume Kientz .Conservateur du patrimoine. Musée du Louvre.

-Didier Wirth .Président du Comité des Parcs et Jardins de France

-Alain Soulier .Président de l’Association des Parcs et Jardins d’Alsace.

-Marie-Cléophée de Turckheim Pellerin. Jardin botanique de Vauville ( 50440)

-Michel Fourcade. Université de Montpellier III Histoire contemporaine. Président du Cercle d’Etudes J et R Maritain.

-Andrée Buchmann. Ecologiste.

-Christian Goepp .Conseiller Municipal de Duttlenheim.

-Dany Karcher.Maire de Kolbsheim.

-Clotilde Duvoux. Architecte DPLG.-Paysagiste CEAA.

-Véronique Scius Turlot. Comité des Parcs et Jardins d’Alsace.

-Phlippe Pfrimmer .Maire de Vendenheim.

-Pierre Schwartz.Conseiller municipal de Vendenheim .

-Chantal Jacob.Adjointe au maire de Griesheim sur Souffel..

-Daniel Reininger.Président d’Alsace Nature.

-Luc Huber .Maire de Pffetisheim .

-Alain Jund.Adjoint au maire de Strasbourg.

-Jean-Daniel Zeter.Vice-président honoraire du CG67.

-Stanislas Krieg. Délégué VMF .Bas Rhin.

-Jean-Charles Lambert.Maire de Stutzheim Offenheim

-Eric Schultz.Adjoint au maire de Strasbourg

 

 

 

PARTAGERShare on Facebook60Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone