[COMMUNIQUE] Inquiétude du non-respect des règles et absence de transparence de l’Etat.

Les Fédinois contre le GCO, membre de notre collectif, interpellent l’Etat à plus de transparence et s’inquiètent du non-respect des règles de protection de l’environnement. Nous, collectif, nous sommes solidaires dans cette démarche.

Inquiétude du non-respect des règles
et absence de transparence de part de l’Etat

Vendenheim, dimanche le 22 janvier 2017
Les citoyens alsaciens demandent une véritable transparence à l’Etat concernant les études préalables au projet de GCO.
Ils s’inquiètent du non-respect des règles de protection de l’environnement dans les zones protégées et couvertes par des exceptions soumises à réserves et compensations.
L’association Les Fédinois contre le GCO comme nombre de citoyens alsaciens, constate l’opacité des procédures de gestion de ce projet et des irrégularités dès le stade des études préalables : enquêtes parcellaires, opérations d’archéologie préventive, sondages des sols, etc.
A titre d’exemple, ARCOS-SOCOS-VINCI, le concessionnaire retenu par l’Etat et donc en charge des travaux préalables a diffusé vendredi 20 janvier à 17h  à l’ensemble des mairies situées sur le parcours du projet, l’annonce que des travaux de déboisements démarreront lundi 23 janvier. Ceci en citant un arrêté ministériel du 16 janvier 2017 qu’aucune Mairie concernée n’a encore vu, et qui n’est pas non plus paru au Journal Officiel.
Alors même que de nombreuses zones sont protégées sur les espaces concernés par le projet et que dans le planning de l’opérateur présenté aux services de l’Etat et au public, au titre du dossier de demande de dérogation à destruction d’espèces protégées, le déboisement, obtenu sous conditions de levée de réserves et compensations, est prévu en… septembre-octobre 2017.
Et ceci pour une bonne raison : en automne, les animaux ont terminé de se reproduire et les plus jeunes sont assez matures pour fuir avec leurs congénères. Alors qu’en hiver, de nombreuses espèces hibernent et peuvent être décimées par l’atteinte de leur environnement vital en une saison aussi rigoureuse.
Quelles sont par exemple les espèces protégées dans la forêt du Grittwald (zone nord du projet) ? Pas moins de 17 espèces : des reptiles (ex : orvet, couleuvre à collier) des chauves-souris telle que la pipistrelle, des batraciens (Ex. tritons , grenouilles rieuses, crapauds verts ) , des mammifères ( Ex. Hérisson, écureuil, chat forestier ) ,  de nombreuses espèces d’oiseaux tels que le grand-duc, pic cendré, pic le milan royal…
Ces espèces sont pour certaines protégées au niveau national, d’autres au niveau européen, car elles disparaissent rapidement de nombreux territoires aménagés aux dépens de la biodiversité.
L’abattage d’arbres dans les espaces concernés par le projet, ceci dès le stade des études préalables, n’est pas conforme à la protection des espèces à une période de l’année où de nombreuses espèces hibernent. Elles ne sont pas en mesure de tenter de se sauver, en d’autres termes elles sont massacrées sur place ! Les grands froids actuels augmentent encore la sensibilité des espèces végétales et animales à toute intervention.
De même, le Grand Hamster, invisible à cette saison, car il hiberne sous terre, serait décimé pendant son sommeil par un coup de pelleteuse en sous-sol. On ne lui laisserait aucune chance de s’en sortir !
Les citoyens demandent que les autorisations nécessaires à toute intervention soient communiquées à l’avance et présentées sur les terrains concernés : autorisations de défrichement ou déboisement, autorisation dérogatoire à la destruction d’espèces protégées et de leurs habitats, et mesures compensatoires sérieuses permettant réellement de préserver les espèces concernées.
Rappelons que les prémices du projet actuel datent de la fin des années 90. En conclusion de l’enquête publique de 2006, le Rapporteur Public avait soulevé des insuffisances sur les retombées socio-économiques du GCO et sa rentabilité, de grosses lacunes dans les études d’impact sur la faune et la flore et l’absence de consultation des voisins Allemands.
Passant outre, le gouvernement de l’époque décide, il y a maintenant 9 ans en janvier 2008 de promulguer la Déclaration d’Utilité Publique. Il est acté que VINCI va devoir demander une prolongation de la DUP, n’étant pas sûr de pouvoir démarrer les travaux avant la fin de sa période de validité de 10 ans ( janvier 2018 ).
Ne faut-il pas se demander si cette DUP a encore un sens ? Est-il raisonnable de conduire des procédures dans l’« urgence » pour respecter une validité en bout de course alors que les porteurs du projet avaient 9 ans pour démarrer les travaux ?
Devons-nous cautionner des comportements de l’opérateur, comme celui cité en exemple plus haut, qui considère des Elus du peuple, nos maires, avec mépris et condescendance ?
Les pouvoirs publics, payés avec nos impôts, doivent-ils être aux ordres d’un opérateur privé ?
Nous tous, usagers de l’A35 actuelle en avons assez de perdre  temps et argent dans les bouchons. Mais y a-t-il un seul élu alsacien qui depuis l’enquête publique de 2006, se soit réellement investi pour mettre en œuvre des solutions alternatives, notamment l’Ecotaxe plébiscitée par tous les bas-rhinois,  à l’exemple de la Maut allemande en place depuis 10 ans ?
Enfin, a-t-on expliqué à nos concitoyens que la concession est engagée pour 54 ans, jusqu’en 2074 ?! Qui va rembourser avec de généreux intérêts les investissements de Vinci pour réaliser ces travaux ? Nos enfants et petits-enfants.
Ne résolvant pas les problèmes d’accès à Strasbourg, dangereux pour l’environnement alsacien et tellement coûteux qu’il empêchera les autres investissements nécessaires à des déplacements fluides en Alsace de se faire, ce projet doit être arrêté au profit de décisions efficaces et utiles à l’amélioration réelle des déplacements.
Au-delà de l’emprise du projet à Vendenheim, le sujet concerne la circulation dans toute la région, et devrait mobiliser tous les alsaciens.

Il est temps d’ouvrir les yeux !!!!

En conséquence et pour toutes ces raisons les Fédinois contre le GCO souhaitent que soient adoptés :

  • Un moratoire sur ce projet en vue de le stopper définitivement ;
  • Une étude et une mise en œuvre rapides des solutions (déjà proposées) permettant de décongestionner réellementl’A35 (dont le décroisement des flux Ouest/Est et Nord/Sud) et plus globalement de favoriser l’accès à Strasbourg ;
  • Un test de la Taxe PL en région Est (tous nos voisins l’ont aujourd’hui mise en place : le Luxembourg, la Hollande, l’Allemagne et la Belgique…) ;
  • Le projet de 4ème voie ferrée permettant d’augmenter le nombre de liaisons régionales.
  • L’application des « 10 mesures pour faire sauter les bouchons».
2016-1003_forage-vendenheim-eckwerheim_photo-alain-engel_01

Manifestation de Fédinois sur un forage géotechnique en octobre 2016


A propos de l’Association Les Fédinois contre le GCO :
Créée en juin 2016 et forte de +150 membres, cette association réunit les habitants de Vendenheim et des villages voisins désireux de stopper ce projet inutile et destructeur.

L’Association Les Fédinois contre le GCO soutient le Collectif GCO Non Merci et s’associe à toutes ses actions. www.gcononmerci.org


PARTAGERShare on Facebook40Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone